Le Courrier de Russie

Vive Le Courrier de Russie !

Chaque été, la crème de la crème de la communauté française n’attend, retenant son souffle, qu’un seul événement : la Fête d’été du Courrier de Russie. Petit coup d’œil sur le cru 2012.

Lumir

D’ordinaire très habile à critiquer toute sorte de boîtes et de soirées, je me retrouve perdue – tiens donc… – dès lors qu’il s’agit de trouver les défauts de notre fête. Il faut peut-être analyser de près toutes les composantes de l’événement. Essayons.

Public

Tous ceux qui viennent à notre fête sont a priori des amoureux du journal qui font tout leur possible pour le maintenir en vie. Et nous, nous aimons toujours ceux qui nous aiment – pas de relations à sens unique, surtout pour Mazars, partenaire principal de la fête depuis deux ans.

Lieu

La concurrence était certes relevée, avec les jardins de la résidence de l’ambassadeur de Belgique de l’année dernière ou ceux de l’ambassade du Luxembourg, il y a deux ans. Mais le Klub Rissovalchikov qui nous accueillait cet été s’est bien défendu dans cette compétition féroce. Grâce à sa terrasse, il a même protégé nos invités d’une averse au moins comparable au déluge qu’a connu Noé.

Nourriture

Si l’on est au fait des besoins des Français de Moscou, on sait que la charcuterie gauloise occupe la première place de l’agenda du goût des malheureux expatriés. Ainsi notre buffet était-il composé en grande majorité de galantines, rillettes, terrines et foie gras – le tout fourni par nos amis du club gastronomique Le Bon Goût et accompagné par le célèbre pain de Wolkonsky.

Alcool

En Russie, une fête n’en est pas une sans vodka. Et nous avions évidemment choisi la vodka Kalinka pour régaler les gosiers désséchés de nos hôtes. Sans oublier la bière Stella Artois, pour ceux qui voulaient tenir toute la soirée.

Cadeaux

Notre tirage au sort est déjà une tradition. En ma qualité d’animatrice, j’ai dû remettre aux joyeux invités de précieux sachets étiquetés Dior ou Hédiard, ainsi que des bons de l’hôtel Mercure et de la clinique US Dental Care. Vous imaginez combien j’ai regretté de devoir donner les cadeaux plutôt que de les recevoir !

Ambiance

L’atmosphère, chez nous, n’est jamais prétentieuse, plutôt chic-décontractée, sans négliger l’élégance. Et c’est bien avec les gens qu’on aime qu’on passe les plus beaux moments de nos vies.

Retrouvez les photographies de la fête d’été sur notre page facebook