Souscrivez à l'Offre Découverte : 2 semaines d'accès illimité et gratuit au Courrier de RussieJe souscris à l'Offre Découverte

Fresques de Kaliazine : les trésors de l’Atlantide russe

Fresques de Kaliazine
Les trésors de l’Atlantide russe

« Récolte. Le fils de l'homme fait le jugement ».
Musée d'architecture Chtchoussev

Depuis le 11 septembre, le Musée d’architecture de Moscou accueille une exposition unique, « Kaliazine. Fresques d’un monastère submergé », qui présente les vestiges du monastère de Kaliazine (150 kilomètres au nord de Moscou), englouti il y a quatre-vingts ans lors de la construction d’un barrage.

Le monastère de la Trinité a connu le même sort qu’une multitude de villages et d’églises victimes du gigantesque projet soviétique de barrages multiples sur la Volga.

Fondé en 1434 par saint Macaire (né Matveï Kojine), sur un terrain donné par le boyard Ivan Kaliaga (qui donnera son nom au site, Kaliazine), le monastère devient rapidement l’un des plus prestigieux et des plus admirés de Russie. Au cours de l’histoire, il recevra la visite de plusieurs tsars, dont Ivan le Terrible, Boris Godounov et Alexis Ier Mikhaïlovitch, le deuxième Romanov. En 1654, la tsarine Marie Miloslavskaïa et ses enfants s’y réfugieront, fuyant l’épidémie de peste qui sévit alors à Moscou.

Pendant cinq siècles, la ville de Kaliazine se développe autour du monastère, bien connu des marchands du nord de la Russie. Athanase Nikitine, négociant et explorateur originaire de Tver, le mentionne dès 1466 dans son Voyage au-delà des trois mers. En 1654, des artisans de Rostov y font ériger la cathédrale de la Trinité,

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Souscrivez à l'Offre Découverte :
2 semaines d'accès illimité et gratuit au Courrier de Russie

Je souscris sans CB

Déjà abonné ?

Se connecter