S'abonner, c'est rejoindre une communauté d'experts et de passionnésDécouvrir nos offres

Armenia : le Titanic soviétique livre ses secrets

Armenia
Le Titanic soviétique livre ses secrets

Homage aux victimes du naufrage, le 28 avril 2020. Photo : Centre d'études sous-marines de la société russe de géographie

L’épave de l’Armenia a été retrouvée au fond de la mer Noire, au mois d’avril. Son naufrage, le 7 novembre 1941, est considéré comme l’une des pires tragédies de l’histoire maritime.

Entre 4 500 et 7 000 passagers — principalement des blessés de guerre et des civils évacués depuis Sébastopol — se trouvaient à bord : c’est deux à trois fois plus que sur le Titanic, trente ans plus tôt, et jusqu'à huit fois plus que la capacité du navire — au grand étonnement des témoins de l'embarquement. Victime d’un raid allemand, le paquebot sombra en quatre minutes. Seules huit personnes réchappèrent de la catastrophe.

Le paquebot introuvable

Introuvable aux coordonnées géographiques du naufrage (44° 15’ N, 34° 17’ E), l’Armenia a longtemps nourri de nombreux fantasmes. Selon les uns, il serait parvenu clandestinement à regagner son port d’attache. Pour d’autres, il n’aurait pas emprunté l’itinéraire prévu et aurait disparu mystérieusement.

Depuis une vingtaine d’années, les recherches s’intensifient. Le commandant Robert Ballard, à qui l’on doit,

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Guilhem Pousson