S'abonner, c'est dessiner avec la Russie les horizons du Monde de demainDécouvrir nos offres

Konstantin Meftakhoudinov : « Le Moyen Âge n’est pas vraiment terminé »

Konstantin Meftakhoudinov
« Le Moyen Âge n’est pas vraiment terminé »

Danse macabre de Clusone, Giacomo Borlone, 1485.

En ces temps de confinement, le journal Novaïa gazeta a interrogé l’historien Konstantin Meftakhoudinov sur la réaction des populations aux épidémies de peste des siècles précédents.

Contrôle strict des malades, marquage des maisons contaminées par le Covid-19 sur une application mobile, condamnations exemplaires contre des jeunes ayant jeté des gobelets en plastique sur des policiers l’été dernier... Assiste-t-on à un « retour » de certaines pratiques médiévales ?

Konstantin Meftakhoudinov : Pour moi, le Moyen Âge tel que nous nous le représentons ne s’est jamais terminé ! Certes, nous nous exterminons les uns les autres à la Kalachnikov plutôt qu’à l’épée, l’arme atomique a quelque peu changé la donne, et nous avons internet… Mais à ces quelques différences près, le pouvoir use toujours des mêmes méthodes. Quand Vladimir Poutine, après son élection de 2012, s’adresse à la foule sur la place du Manège, dans le centre de Moscou, nous assistons à l’« acclamation par le peuple » du nouvel empereur byzantin… La scène et le symbole sont typiquement médiévaux !

En revanche, « l’État policier » que vous évoquez, avec ces forces de l’ordre omniprésentes, chargées de faire appliquer les lois d’exception et les normes sanitaires, n’est pas une invention du Moyen-Âge : il n’apparaît qu’à la fin de l’époque moderne. Au XVIe siècle, à Moscou, pour faire face à une vague de peste noire, on barricade toutes les portes et fenêtres des bâtiments administratifs et des demeures des puissants, car l’on suppose alors que la maladie se propage dans l’air, qu’elle est apportée par le vent. Ces pratiques sont « ressuscitées » dès que le besoin s’en fait sentir.

En Russie, au début de l’épidémie, dans les rues, les transports, les foyers d’étudiants, on s’en est pris parfois violemment aux représentants de la communauté chinoise – et, à vrai dire, à tous les Asiatiques… Comment expliquer ces accès de xénophobie à notre époque a priori civilisée ?

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Traduit par Julia Breen