S'abonner, c'est soutenir une rédaction indépendante basée à MoscouDécouvrir nos offres

La presse du bonheur

La presse du bonheur

Plus le temps passe et plus je me dis que vous méritez, chers lecteurs amoureux de la Russie et curieux de savoir ce qui s’y passe, une revue de presse hebdomadaire de ses événements révélateurs ; ceux qui ne font jamais la Une, ou alors celle du journal local d’un patelin sibérien, bref, je vous propose, chaque semaine, un petit tour dans les recoins d’une Russie insoupçonnée.

L’événement marquant de cette semaine est assurément l’anniversaire du président Vladimir Vladimirovitch Poutine, le lundi 7 octobre. Le hashtag « Bon anniversaire VVP » (#СДнёмРожденияВВП) en a côtoyé un autre, que j’ai cru être du second degré avant d’être détrompée : « Bon anniversaire, Maître Souverain » (#СДнёмРожденияГосударь). Il était même parfois accompagné d’un pompeux « Bon anniversaire à notre Empereur » (#СднёмРожденияИмператор).

Cette déférence quelque peu exagérée a fait des émules : le président de la République de Touva (l’un des quatre-vingt-cinq « sujets » de la Fédération de Russie) a fait poser en uniforme plus de deux cents enfants d’un camp patriotique,

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Marguerite Sacco

Le confinement, une fête sans fin


Nous ne sommes pas encore sortis de la crise du coronavirus que, déjà, des statistiques pointent leur nez : les prévisions de baby boom ou d’explosion des divorces, que l’on présentait il y a quelques semaines, sur le ton de la plaisanterie, comme étant des conséquences logiques d’un confinement prolongé, sont en passe d’être confirmées.

 

27 mai 2020

Chroniques déconfinées


Le déconfinement a commencé il y a seulement quelques jours, et déjà, des sauveteurs ont dû plonger dans les eaux glacées d’une rivière en Iakoutie pour porter secours à trois jeunes dérivant, loin de la berge, sur une plaque de glace où ils s’étaient installés pour prendre des selfies. D’une certaine manière, ils étaient sûrs de respecter la distanciation sociale.

 

20 mai 2020