Cinq choses que vous ignoriez sur Alexandre Ier

Le XIXe siècle russe est fait d’une alternance irrégulière de tsars prénommés Nicolas et d’Alexandre, et on s’y perd un peu lorsqu’on s’y lance. Celui qui nous intéresse aujourd’hui, Alexandre Ier, célèbre « vainqueur de Napoléon » de 1812, est le premier de la liste. Petit-fils de la Grande Catherine, il aurait dû régner à la place de son père Paul Ier, que la terrible grand-mère prévoyait de destituer (ce qui n’arriva finalement pas). Quelques anecdotes sur ce souverain souvent contradictoire dans son caractère et ses décisions.

Dans son enfance, Alexandre dormait sur des oreillers en fer. Catherine II, qui voyait en lui son successeur direct, avait à cœur de lui donner l’éducation qui ferait de lui un grand souverain. Elle écrivit même un ABC de la grand-mère pour en faire profiter ses congénères.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Marguerite Sacco

Dernières nouvelles de la Russie

Des nouvelles « fraîches »

C’est officiellement l’hiver en Russie, il a fait récemment moins cinquante-deux degrés à Verkhoïansk : une température tellement froide que la nouvelle est parvenue jusqu’en Europe occidentale, où elle a, sans mauvais jeu de mots, glacé d’effroi les habitués du climat océanique. Partout en Russie, on commence à s’organiser pour la lutte annuelle contre l’hiver.

 

Crédits Image : Oded Wagenstein4 décembre 2019

Qui sème le vent…

L’affaire du chat Victor, qui a fait trembler Aeroflot et dont le propriétaire s’est vu retirer ses milliers de points de fidélité pour s’être vanté de sa fraude sur les réseaux sociaux, nous a au moins appris une chose : qui sème le vent en Russie récolte bien souvent la tempête – et les nouvelles de la semaine écoulée, qui ont moins défrayé la chronique que le #VictorGate, en sont la preuve.

 

27 novembre 2019

Jeux vidéo

Une polémique au sujet des jeux vidéo a récemment éclaté en Russie : une fusillade dans la région du Baïkal a provoqué l’émoi de plusieurs collectifs, parmi lesquels la société d’anciens combattants « Officiers de Russie », qui a expliqué le drame par l’influence des jeux vidéo violents (le Comité des mères de soldats a, quant à lui, carrément exigé la « fermeture d’internet »).

 

20 novembre 2019