Au pays de l’illusion

Ne croyez rien de ce que vous montre la perspective Nevski, écrivait Nikolaï Gogol, elle ment tout le temps ! La perspective Nevski étant le cœur même de Saint-Pétersbourg, il n’était pas difficile d’en déduire que la capitale impériale mentait, elle aussi, en permanence, qu’elle n’était qu’une illusion susceptible de disparaître à tout instant, comme par enchantement.

Lui-même maître de l’illusion, champion du « rire sous cape », Nikolaï Gogol savait de quoi il parlait. Chez lui, d’ailleurs, tout disparaît : le manteau neuf que le malheureux fonctionnaire a réussi à s’acheter à force d’économies ; le trône du fou qui se prend pour le nouveau roi d’Espagne et finit par comprendre qu’il est, en réalité, dans un asile d’aliénés ; le nez du major Kovaliov qui, un beau matin, part en goguette et est à deux doigts de franchir la frontière, muni d’un faux passeport ; la jeune femme au visage de madone, qui se révèle être une prostituée… Pour ne rien dire de Tchitchikov, le héros des Âmes mortes, qui disparaît aussi soudainement de la ville de N… qu’il y est apparu.

Gogol et Dostoïevski jouent à deviner des villes. "Moscou ! - Omsk, j'ai fait de la prison là-bas." Crédit : Musée d'Omsk

Mais comment nommer ce qui s’évanouit ainsi, ce qui vous file entre les doigts sans que vous puissiez le retenir ? Le rêve, sans doute. Rêve de richesse pour les uns, de pouvoir et de prestige pour d’autres, de pureté et d’idéal pour d’autres encore.

Poussons plus loin la logique résolument non cartésienne de l’auteur des Récits de Saint-Pétersbourg et formulons une hypothèse : la Russie ne serait-elle pas le grand pays de l’illusion ?

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Par Anne Coldefy-Faucard

Dernières nouvelles de la Russie

Le festin rêvé
de la diplomatie russe

L’image de festins grandioses, de fêtes merveilleuses comme on n’en voit que dans les contes, est rarement associée à la Russie par les étrangers. À tort. Les contes populaires russes ne parlent, au fond, que de repas pantagruéliques - des épreuves culinaires imposées par la sorcière Baba Yaga aux malheureux qui s'aventurent chez elle, jusqu'aux noces somptueuses du tsarévitch et de la belle Vassilissa.

 

15 août 2019

Médocs et cuisine

Au moment de la parution de Soumission, il y a exactement quatre ans, il n’était pas inintéressant de se pencher sur d’éventuels points de contact entre cette œuvre de Michel Houellebecq et le roman Telluria de Vladimir Sorokine, sorti en russe quelque deux ans plus tôt1. A priori, la tâche semblait vaine, les deux écrivains différant par leur style, leur histoire, leurs personnalités… Ils ont néanmoins plusieurs traits essentiels en commun : une vision distanciée des évolutions du monde (un monde plus français pour Houellebecq, nettement plus large pour Sorokine) et une redoutable intuition. N’est-ce pas là la marque d’une « vraie » littérature de plus en plus rare ?

 

15 mars 2019

Houellebecq / Sorokine :
Médocs et cuisine

Au moment de la parution de Soumission, il y a exactement quatre ans, il n’était pas inintéressant de se pencher sur d’éventuels points de contact entre cette œuvre de Michel Houellebecq et le roman Telluria de Vladimir Sorokine, sorti en Russie quelque deux ans plus tôt*. A priori, la tâche semblait vaine, les deux écrivains différant par leur style, leur histoire, leurs personnalités…

 

11 janvier 2019