Chernobyl vue par ses véritables acteurs

La chaîne de télévision américaine HBO vient de diffuser le dernier épisode de sa mini-série Chernobyl, consacrée aux quelque 800 000 hommes et femmes qui sont intervenus sur place après la catastrophe nucléaire, en 1986. Oleg Solomeïn et Sergueï Trofimov ont fait partie de ces « liquidateurs ». À l'heure où la fréquentation touristique s'envole sur le site de l'ancienne centrale (situé dans le nord de l'Ukraine), ils livrent leurs commentaires sur la série pour le site Ekaterinbourg online.

« Chimiste spécialisé dans la collecte et l’analyse d’échantillons radioactifs, j’étais une des rares personnes à savoir où on nous envoyait et pourquoi, se souvient Oleg Solomeïn. Nous n’avions pas peur parce que nous n’avions aucune notion du danger : personne ne nous avait informés de rien. Dans notre tente, nous écoutions la radio Voice of America pour nous tenir au courant. Quand nous sortions, nous regardions en direction de la centrale, d’où émanait une inquiétante lueur... Par la suite, j’ai visionné un grand nombre de documentaires russes ou ukrainiens sur Tchernobyl, mais aucun ne réussissait à transmettre notre état d’esprit et le caractère surréaliste de ce que nous avons vécu. Aussi étrange que cela puisse paraître, les Américains y sont parvenus. »

« Le niveau de radioactivité était largement sous-évalué. »

Originaires de Sverdlovsk (aujourd’hui Ekaterinbourg, dans l’Oural), Oleg Solomeïn et Sergueï Trofimov ont été envoyés à Tchernobyl en octobre 1986, soit quatre mois après la catastrophe,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Traduit par Maïlis Destrée

Dernières nouvelles de la Russie

Se remettre à rêver

La fin des idéologies touche durement la Russie, où même la jeunesse a perdu l’habitude de rêver. Le politologue Gueorgui Bovt s’en inquiète dans une tribune pour Gazeta.ru.

 

23 août 2019

La Géorgie, le paradis des enfants

Les récentes tensions entre Moscou et Tbilissi n’ont pas fait fuir la communauté russe installée en Géorgie (environ 26 000 personnes, soit moins d’1 % de la population totale). Le site Mel, spécialisé dans l’éducation, a rencontré Tatiana, Evguenia et Anna, trois jeunes mères de famille russes qui ont choisi ce pays pour y élever leurs enfants.

 

2 août 2019

Les vingt ans du festival Nachestvié :
Du rock la tête dans les étoiles

Le plus grand festival de rock russe, Nachestvié [« Invasion »], célèbre, du 18 au 21 juillet, son vingtième anniversaire. Cette année encore, plus de deux cent mille personnes sont attendues en rase campagne pour faire la fête.

 

18 juillet 2019