Danser l’esprit libre

Danseuse étoile du Royal Ballet de Londres, Natalia Ossipova, trente-trois ans, était à Moscou, à la fin de mai, pour la première du spectacle The Mother, au Théâtre académique d’art Gorki. Entre deux répétitions, elle s’est confiée au quotidien Izvestia.

Vous avez déclaré que travailler sur The Mother avait été très éprouvant pour vous…

Natalia Ossipova : Ce spectacle m’a procuré des émotions très puissantes à travers les thèmes qu’il aborde : l’amour maternel, l’enfance, la religion... Par ailleurs, Arthur Pita, le metteur en scène, aime associer humour noir et mysticisme. Chez lui, les frontières entre le réel et les mondes parallèles s’effacent. C’est déroutant, tant pour le spectateur que pour les danseurs.

Dans vos solos, vous devez jouer la comédie comme une actrice dramatique. Accepteriez-vous un rôle au théâtre ou au cinéma, si on vous le proposait ?

N. O. : Le cinéma m’intéresse, et je pourrais accepter de tourner, oui. Mais hors de question de prendre moi-même l’initiative ou d’engager un agent pour proposer mes services !
Et puis, à bien y réfléchir, je préférerais peut-être les planches... Il faut dire que les spectacles dans lesquels je me produis sont souvent proches du drame. J’aime jouer. J’aime exprimer des émotions et les partager. Ceci dit, il y a déjà suffisamment de grands acteurs. J’ai décidé de consacrer ma vie à la danse et je continuerai dans cette voie.

Qu’est-ce qui vous procure le plus de plaisir : la danse classique ou contemporaine ?

N. O. : Difficile de répondre… J’aime la danse classique mais c’est extrêmement exigeant. Pour un danseur, il est particulièrement difficile d’exécuter une œuvre classique sérieuse de manière intéressante ou nouvelle. J’essaie toujours de placer la barre haut afin d’être fière de moi, d’avoir le sentiment d’avoir réalisé quelque chose, mais je dois reconnaître que ce n’est pas toujours le cas.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Traduit par Maïlis Destrée

Dernières nouvelles de la Russie

Chernobyl vue par ses véritables acteurs

La chaîne de télévision américaine HBO vient de diffuser le dernier épisode de sa mini-série Chernobyl, consacrée à la catastrophe nucléaire de 1986. Deux survivants livrent leurs commentaires sur la série.

 

7 juin 2019

Kursk :
un fantôme indésirable

Après avoir vu sa sortie reportée de plusieurs mois et malgré certaines résistances d'ordre politique, le film Kursk, réalisé par le Danois Thomas Vinterberg, sera finalement diffusé à partir du 27 juin dans les salles de cinéma russes.

 

31 mai 2019

Ihor Kolomoïsky :
l’oligarque qui murmure à l’oreille de Zelensky

Le milliardaire israélo-chyprio-ukrainien Ihor Kolomoïsky est désormais l’éminence grise de la politique ukrainienne. Cofondateur du groupe financier et industriel Privat, il est considéré comme un des artisans de la victoire de Volodymyr Zelensky lors de la présidentielle organisée en avril dernier.

 

30 mai 2019