Souvenirs rock
du « pays des merveilles »

La chanteuse et productrice américaine Joanna Stingray, figure clef de la scène rock soviétique underground de la fin des années 1980, a fréquenté les artistes les plus emblématiques de la période, de Viktor Tsoï (chanteur du groupe Kino) à Boris Grebenchtchikov (musicien et compositeur de Kino, Aquarium). En 1986, elle a fait découvrir le « rock russe » au public occidental en éditant, aux États-Unis, une compilation des groupes Kino, Aquarium, Alissa, et Strannyïé igry – Red Wave, 4 Underground Bands from the Soviet Union. À l’occasion de la sortie de la première partie de ses Mémoires, Stingray au Pays des merveilles, la musicienne répond aux questions du journal russe en ligne Meduza.

Le « pays des merveilles » de votre livre, c’est l’URSS… Qu’est-ce qui a changé, aujourd’hui ?

Joanna Stingray : Au début des années 1980, les gens n’avaient pas internet, personne n’avait la moindre idée de ce qui se passait dans les autres pays. Chaque voyage était une authentique découverte ! Mais aujourd’hui… la Russie n’est plus très différente des États-Unis. On trouve à Moscou les mêmes magasins qu’à Paris ou à Los Angeles. Certes, nous avons des systèmes politiques différents, ce qui est marginal, parce que tout le reste est identique. La Russie n’a plus rien du pays des merveilles…

Quand je montrais aux ados américains des clips vidéo russes, ils comprenaient soudain que les jeunes de là-bas leur ressemblaient trait pour trait !

Dans le livre, vous racontez la rencontre entre vos parents – un couple d’Américains plutôt aisés – et ceux de votre futur mari, Iouri Kasparian (guitariste du groupe Kino), dans la banlieue de Leningrad (Saint-Pétersbourg). Vous donnez l’impression qu’à l’époque, déjà, les gens n’étaient pas si différents des deux côtés de l’océan…

J. S. : Dans n’importe quel pays du monde, dans n’importe quelle ville, une maman est une maman. Elle se fait du souci pour ses enfants. De manière générale, tous les êtres humains se posent les mêmes questions, ont les mêmes problèmes,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Traduit par Julia Breen

Dernières nouvelles de la Russie

Mai 1989, Gorbatchev à Pékin : Deux dragons dans un nid d’hirondelle

Il y a trente ans, le 14 mai 1989, le dernier président de l'URSS, Mikhaïl Gorbatchev, arrive à Pékin, au beau milieu des manifestations étudiantes qui se tiennent place Tian’anmen. Il s’agit de la première visite officielle d’un dirigeant soviétique en République populaire de Chine depuis la rupture entre les deux pays communistes, survenue vingt ans plus tôt.

 

24 mai 2019

Postface au 70e anniversaire de l’OTAN

Pour Sergueï Karaganov, président honoraire du Conseil de politique extérieure et de défense, influent think-tank russe de relations internationales, il est temps que l'OTAN trouve une raison d'exister autre que la menace, selon lui fabriquée, que ferait peser la Russie sur la sécurité du continent européen.

 

14 mai 2019

Mezen : un village
au chevet de son hôpital

À Mezen, petite ville du Grand Nord russe, les retraités se sont organisés pour financer la rénovation de l’hôpital municipal. Un reportage du magazine Ogoniok.

 

12 avril 2019