Souvenirs rock
du « pays des merveilles »

La chanteuse et productrice américaine Joanna Stingray, figure clef de la scène rock soviétique underground de la fin des années 1980, a fréquenté les artistes les plus emblématiques de la période, de Viktor Tsoï (chanteur du groupe Kino) à Boris Grebenchtchikov (musicien et compositeur de Kino, Aquarium). En 1986, elle a fait découvrir le « rock russe » au public occidental en éditant, aux États-Unis, une compilation des groupes Kino, Aquarium, Alissa, et Strannyïé igry – Red Wave, 4 Underground Bands from the Soviet Union. À l’occasion de la sortie de la première partie de ses Mémoires, Stingray au Pays des merveilles, la musicienne répond aux questions du journal russe en ligne Meduza.

Le « pays des merveilles » de votre livre, c’est l’URSS… Qu’est-ce qui a changé, aujourd’hui ?

Joanna Stingray : Au début des années 1980, les gens n’avaient pas internet, personne n’avait la moindre idée de ce qui se passait dans les autres pays. Chaque voyage était une authentique découverte ! Mais aujourd’hui… la Russie n’est plus très différente des États-Unis. On trouve à Moscou les mêmes magasins qu’à Paris ou à Los Angeles. Certes, nous avons des systèmes politiques différents, ce qui est marginal, parce que tout le reste est identique. La Russie n’a plus rien du pays des merveilles…

Quand je montrais aux ados américains des clips vidéo russes, ils comprenaient soudain que les jeunes de là-bas leur ressemblaient trait pour trait !

Dans le livre, vous racontez la rencontre entre vos parents – un couple d’Américains plutôt aisés – et ceux de votre futur mari, Iouri Kasparian (guitariste du groupe Kino), dans la banlieue de Leningrad (Saint-Pétersbourg). Vous donnez l’impression qu’à l’époque, déjà, les gens n’étaient pas si différents des deux côtés de l’océan…

J. S. : Dans n’importe quel pays du monde, dans n’importe quelle ville, une maman est une maman. Elle se fait du souci pour ses enfants. De manière générale, tous les êtres humains se posent les mêmes questions, ont les mêmes problèmes,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Traduit par Julia Breen

Dernières nouvelles de la Russie

Igor Kolomoïski : « La guerre dans le Donbass sert les intérêts de Washington »

Le milliardaire Igor Kolomoïski, revenu en Ukraine fin mai après deux ans d'exil, est souvent qualifié de « parrain » du nouveau pouvoir à Kiev. Dans un entretien accordé à l'hebdomadaire ukrainien Novoïe Vremia, il s'est longuement exprimé sur la situation économique du pays et sur le conflit dans le Donbass.

 

19 juillet 2019

Les Russes en mal de solidarité

« Les Russes ont la nostalgie du « nous », dont témoignent leurs accès chroniques de néo-stalinisme. Dans leur esprit, l’URSS apparaît aujourd’hui comme un pays des merveilles, où ils étaient tous frères et vivaient de victoires communes. » L’écrivain Andreï Desnitski revient sur trente ans d’aspirations des Russes.

 

25 juin 2019

Vente d’armes :
la Russie se place sur le marché de l’occasion

En mai dernier, un décret gouvernemental a simplifié la procédure de revente d’armes russes à des pays tiers. Une mesure prise afin de contourner les sanctions américaines.

 

4 juin 2019