S'abonner, c'est soutenir une rédaction indépendante basée à MoscouDécouvrir nos offres

Les musées, une passion russe

Les musées, une passion russe

Les musées font partie des éléments incontournables du paysage urbain en Russie. En 2018, le pays en comptait près de 2 700, selon le ministère de la Culture. Si l’on ajoute les expositions permanentes abritées par les différents ministères et l’Académie des sciences, ainsi que les innombrables vitrines commémoratives aménagées dans les écoles, bases militaires et entreprises (publiques ou privées), on atteint aisément le nombre de 15 000.

Les Russes ont la passion (la manie ?) des musées, et ça se voit : hiver comme été, une longue file d’attente s’étend le long du passage Lavrouchinski, dans le centre de Moscou. Enfants, adultes, personnes âgées peuvent attendre deux, quatre voire six heures avant de pénétrer dans la galerie Tretiakov, un des deux grands musées consacrés à la peinture russe (avec le bien nommé Musée russe de Saint-Pétersbourg). Cette queue étrange, religieusement patiente, fière et pleine d’espoir à l’idée des chefs d’œuvre qu’elle s’apprête consciencieusement à admirer, en rappelle une autre, celle qui s’étirait devant le mausolée de Lénine à l’époque soviétique.

Cet hiver, la galerie consacrait une grande exposition à Arkhip Kouïndji, paysagiste du milieu du XIXe siècle célèbre pour son coloris étonnant. Kouïndji fait partie des vingt peintres russes les plus connus dans le pays et figure en bonne place dans les programmes scolaires. En janvier dernier, une de ses œuvres – qui représente le mont Aï-Petri en Crimée – a été dérobée en pleine journée, sans que ni les gardiens ni la foule ne remarquent le voleur. L’incident n’a fait qu’attiser l’intérêt des visiteurs, et l’exposition a battu tous les records de fréquentation.

« J’ai voulu acheter un ticket électronique sur internet, mais ce n’est plus possible, raconte Vera Gromova, une Moscovite accompagnée de sa fille de dix ans. Seuls les guichets vendent des billets. Cela fait déjà deux heures que nous patientons. J’espère que nous pourrons visiter l’exposition avant la fin de la journée ! »

La galerie Tretiakov a momentanément suspendu la vente de tickets sur son site internet.

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Anton Razmakhnine

La chapka tire sa révérence

Si la chapka fait partie, avec la bouteille de vodka et la balalaïka, des images d’Épinal attachées au Russe typique, ce couvre-chef de fourrure est aujourd’hui définitivement passé de mode en Russie.

10 janvier 2020