« Soljenitsyne regardait au loin »

En mai 1994, après vingt années d’exil, Alexandre Soljenitsyne rentre en Russie. Aux États-Unis, l’écrivain vivait à Cavendish, dans le Vermont, où il écoutait tous les jours les émissions du département russe de Voice of America. Recteur de la cathédrale Saint-Jean-Baptiste de Washington, l’archiprêtre Victor Potapov a été, pendant près de trente ans, l'animateur de Religuia v Nacheï Jizni [la religion dans notre vie], l'une des émissions les plus populaires de Voice of America. C’est à ce titre qu'il a pu rencontrer Alexandre Soljenitsyne.Le Courrier de Russie : Comment avez-vous fait la connaissance d'Alexandre Soljenitsyne ?Victor Potapov : En 1978, j’ai préparé pour Noël un programme sur le sens et la structure de la liturgie orthodoxe de la Nativité. C’est à cette occasion qu’Alexandre Soljenitsyne a découvert l’émission. À l’époque, je n’étais qu’une « voix », je ne donnais pas mon nom.Soljenitsyne a contacté Voice of America pour faire part de son étonnement : « Pourquoi cet anonymat ? Qui anime cette émission ? » Et la direction du département russe a décidé que le nom du « Père Victor Potapov » résonnerait désormais à l’antenne.Un peu plus tard, j’ai préparé un programme sur « Léon Tolstoï et l’Église ». Un sujet très délicat et complexe, l’écrivain ayant été excommunié. J’ai tenté d'aborder honnêtement les relations entre l’écrivain et l’institution. Cette émission a, elle aussi, retenu l’attention d’Alexandre Soljenitsyne.LCDR : Mais Voice of America n'est pas diffusée sur le territoire américain, ses émissions sont à destination de l'étranger... Comment Soljenitsyne, qui se trouvait dans le Vermont, a-t-il pu vous écouter ?V.P. : Toute personne possédant un récepteur radio à ondes courtes un peu puissant y avait accès. Ceux qui n’ont pas connu cette période n’ont pas idée de ce que c’était. En Union soviétique, en particulier dans les grandes villes, on nous brouillait. Mais les gens rusaient : ils orientaient différemment leurs antennes, quittaient la ville, surtout le week-end, où tout le monde allait à la datcha – on « captait » mieux à la campagne.Voice of America m’a permis de me rapprocher de la famille Soljenitsyne, principalement de l’épouse de l’écrivain, Natalia Dmitrievna. Nous avons eu de longues discussions par téléphone. En 1979, je me suis rendu pour la première fois au domicile des Soljenitsyne,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Propos recueillis par Dmitri Zlodorev, Washington

Dernières nouvelles de la Russie

« Des relations empoisonnées pour longtemps »

Le politologue américain Edward Lozansky doute d'une amélioration prochaine des relations entre Moscou et Washington, malgré les conclusions du rapport Mueller.

 

3 avril 2019

La diplomatie médicale
du docteur Novick

Le médecin américain William Novick réalise des opérations cardiaques complexes sur des enfants et des nouveau-nés à travers le monde. Depuis une dizaine d’années, ce spécialiste reconnu, fréquemment consulté par les instances de l’ONU, exerce en Russie et en Ukraine.

 

25 janvier 2019

Edouard Lozanski : « L’affaire Boutina sert à chercher des traces de l’argent russe dans la campagne de Donald Trump »

Le sénateur américain Robert Menendez demande une enquête sur les fonds versés par la National Rifle Association aux candidats à la présidentielle de 2016.

 

8 janvier 2019