Kamilla à Saint-Pétersbourg : un long chemin dans le désert

Le spectacle consacré à la sculptrice Camille Claudel, créé et joué par la danseuse et chorégraphe Anna Garafeïeva, est une histoire tragique sur fond de paysage lunaire. Et l’une des créations les plus marquantes de la saison estivale qui s’achève.Le sol de la rotonde de la perspective Nevski, qui dépend aujourd’hui de la bibliothèque Maïakovski de Saint-Pétersbourg et abritait au XIXe siècle l’église de l’ambassade de Hollande, est entièrement recouvert de sable blanc. En entrant dans la salle, un spectateur, venu assister à cette pièce jouée dans le cadre du festival international de danse contemporaine Open Look, ramasse une poignée de ces grains minuscules, qui crissent sous les pieds, et ne peut s’empêcher de s’exclamer : « Mais c’est de la semoule fine ! »Dans la pénombre de la rotonde, le public, installé sur une cinquantaine de chaises, ne remarque pas tout de suite la femme allongée au sol, recroquevillée sur elle-même, au pied du mur opposé. Des pierres sont dispersées sur le sable, et cette femme ressemble, elle aussi, à une pierre, juste un peu plus grosse. Météorite parmi d’autres, tombé sur cette surface lunaire, qu’éclaire une lumière blafarde, conçue par la scénographe Ksenia Peretroukhina.

Sans défense sous la Lune

Mais soudain, la pierre tressaille, encore et encore, elle se déploie péniblement, tente de se lever : et l’on découvre le personnage principal et unique du spectacle Kamilla – Camille Claudel. On la découvre dans ses années les plus douloureuses : elle est recluse à l’hôpital psychiatrique, et le temps des triomphes parisiens est loin derrière.Camille est dévêtue. Du moins le paraît-elle, grâce à divers effets : sinon, les gardiens de la morale auraient exigé de barrer l’affiche de toute sorte d’avertissements redoutables. Mais elle semble nue. Parce que le voyage qu’accomplit la danseuse sur ces grains de « semoule » est le voyage de Camille Claudel dans son propre monde intérieur. Et dans ce monde, tout est détruit : de là, le paysage lunaire. Et elle est, sous cette Lune, absolument sans défense.
« Je suis restée longtemps figée, comme ensorcelée, sans pouvoir détacher d’elle mon regard. Puis, quand l’effet hypnotique a faibli, j’ai baissé les yeux et vu la légende : Camille Claudel. Clotho. »
C’est au musée Rodin, il y a six ans, qu’Anna Garafeïeva a eu l’idée de ce spectacle sur Camille Claudel. Lors de son premier voyage à Paris, elle s’était précipitée dans ce lieu consacré à son sculpteur favori, qu’elle ne connaissait d’ailleurs, jusque-là, que par des reproductions. Sur place, la chorégraphe aperçoit « devant un mur blanc, entre deux fenêtres, une petite sculpture : une vieille femme dansant, avec des cheveux lui arrivant aux chevilles, se souvient-elle. Elle m'a littéralement ébranlée. Je suis restée longtemps figée,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Anna Gordeïeva

Dernières nouvelles de la Russie

Béjart enfin au Bolchoï

Soirée historique, en ce 13 juin, au Bolchoï de Moscou : un ballet chorégraphié par Maurice Béjart était présenté pour la première fois en Russie. Il s’agissait de Gaîté parisienne, un spectacle autobiographique sur une musique de Jacques Offenbach.

 

28 juin 2019

Masque d’or 2019 :
Noureev vs Petipa, le « choc des titans »

Le 16 avril dernier, l’édition 2019 du Masque d’or, plus grand festival de théâtre de Russie, a sacré « Meilleur ballet » le spectacle Noureev de Kirill Serebrennikov.

 

26 avril 2019

La Sirène du Bolchoï

L’opéra Roussalka d’Antonín Dvořák n’a jamais été particulièrement apprécié ni souvent mis en scène en Russie. Au début de mars 2019, la première de l’œuvre du compositeur tchèque, mise en scène par Timofeï Kouliabine, a donc fait figure d’événement.

29 mars 2019