Le Courrier de Russie

ARMIA ROSSII : la mode patriotique

C’est l’été, le moment de l’année où l’on est le plus dévêtu. Raison de plus pour parler mode et garde-robe. Futile ? Voire… Cette chronique estivale, en quatre épisodes, se propose d’envisager les vêtements et la mode sous un angle historique, politique, littéraire, artistique, masculin/féminin, individuel/collectif, le tout lié, bien sûr, à la Russie.
Troisième partie : La mode virile.

Vous êtes en avance à un concert salle Tchaïkovski ? Alors, faites quelques pas en descendant la Bolchaïa Sadovaïa. Vous y verrez plusieurs théâtres, affichant leurs photos, leurs programmes, quand soudain vous stopperez net en arrivant au n° 14. Là, dans une vitrine protégée par une grille, trois grandes affiches publicitaires montrent des hommes casqués, masqués, gantés, armés d’instruments manifestement susceptibles de faire de gros trous. Surmontant les photos, cette enseigne : « ARMIA ROSSII ».

Portant d’un magasin ARMIA ROSSII. Crédits : Vidéo promotionnelle Voientorg

Les dames s’éclipseront peut-être aussitôt, remontant discrètement vers la salle Tchaïkovski. Les messieurs, eux, à n’en pas douter – d’ailleurs, cette chronique leur est quasi réservée – parcourront quelques mètres de plus pour trouver l’entrée du magasin de l’armée russe.

Les portes coulissantes s’ouvrent. Là, nouveau brusque freinage du visiteur non averti, qui tombe nez-à-nez avec un beau gros canon. Que faire ? aurait dit Lénine. Battre en retraite ? Ja-mais !

On dépasse prudemment la chose, qui ne bronche pas. Et, après le choc, vient le chic.

La mode « patriotique »

Tous les commentateurs et experts sont unanimes : à partir de 2014 et des événements de Crimée, la Russie s’engoue de la mode « patriotique ». La marque « Armia Rossii » est créée, avec ses boutiques (il y en a plusieurs à Moscou et la province n’a pas été oubliée) et son slogan : « Armia Rossii – un style de vie ».

La marque « Armia Rossii » est étroitement liée au Voientorg, magasin d’approvisionnement militaire créé en 1918 et, au temps de l’Union soviétique, strictement réservé aux officiers : impossible, alors, au citoyen lambda d’y acheter quoi que ce soit. Le Voientorg existe toujours, mais, avec l’arrivée de Sergueï Choïgou à la tête du ministère de la Défense en 2012, décision est prise de « populariser » l’armée et de créer des boutiques de mode inspirées du style militaire et… rentables.

Une autre marque, là aussi sous l’aile protectrice du Voientorg, surfe ‒ encore plus clairement ‒ sur la vague « Crimée » : « Viejlivyïé lioudi », « les gens polis ». L’expression désignait les troupes qui avaient pris possession de la péninsule par la force, mais sans insignes ni effusion de sang. Ils se caractérisaient par leur courtoisie, leur volonté de rendre service à la population, aidant, ici, une vieille dame, rattrapant, là, le chat perdu d’un enfant. La marque « Les gens polis » propose des T-shirts, mais aussi des vêtements pour femmes assez élégants. Dès 2014, ses modèles s’infiltraient en Ukraine, y faisant bien évidemment scandale. Et, en 2015, le Voientorg présentait la nouvelle collection « Les gens polis », avec un T-shirt arborant : « La politesse conquiert des villes ». On ne saurait être plus clair.

Célèbre cliché d’un « soldat poli » passant un chaton à un garçon local. Crimée. 2014. Crédits : sevpolitforum.info

Propagande et qualité

Les boutiques « Armia Rossii » sont agréablement aménagées, à l’exception des canons qui fleurissent un peu partout (mais il y a des gens qui aiment, et au moins on sait où on est). Les vendeurs et vendeuses sont gens affables et – forcément – polis. Ils ont le coup d’œil : ils vous reconnaissent dès votre deuxième visite, et c’est tout juste s’ils ne vous demandent pas des nouvelles de vos enfants et de vos vieux parents.

« Armia Rossii » propose évidemment des T-shirts à l’effigie du président de la Fédération de Russie, mais pas seulement, et l’on peut, à travers toute la collection, reconstituer la politique étrangère russe du moment. Le jour de l’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis, une autre boutique « Armia Rossii », sise au 18 Novinski boulvar (en face de la mission diplomatique américaine), proposait une réduction de 10 % à tous les ressortissants US.

L’un des modèles les plus récents montre un portrait de Sergueï Lavrov, le ministre des Affaires étrangères, et un autre du ministre de la Défense, avec cet avertissement : « Si vous ne voulez pas discuter avec Lavrov, vous aurez affaire à Choïgou ». Les Occidentaux n’auront aucune peine à décrypter le message.

Sergueï Choïgou arborant un sweat-shirt de la marque Armia Rossii. Crédits : Instagram – armrusvoentorg

Une collection fait fureur, cette année, baptisée de l’appellation transparente « Syrie », un nom qui recouvre toute une ligne de vêtements, des T-shirts aux pantalons et aux shorts, en passant par des chemises et – pour vous, Mesdames – des robes. Chaque vêtement arbore des images de soldats, de bombardiers ou de paysages, prises durant les opérations de l’armée russe en Syrie. D’abord en édition limitée – question de repérage commercial –, la ligne a remporté un tel succès que le Voientorg a l’intention de la développer rapidement.

Les modèles présentés par « Armia Rossii » s’adressent, pour une bonne part, à de jeunes hommes. Force est de reconnaître que le Voientorg a su faire appel à d’excellents stylistes. Les défilés – car il y a des défilés, parfois en présence des plus hautes instances de l’Armée et du ministère de la Défense – n’ont rien à envier à ceux de nos plus grands créateurs de mode « jeune ».

Si vous ne voulez pas, Messieurs, exhiber vos musculeux mollets en portant des bermudas « Armia Rossii » ou « Gens polis », si vous ne voulez pas vous promener dans les rues de Moscou ou d’ailleurs, le visage camouflé par une cagoule, vous pourrez néanmoins trouver votre bonheur dans ces boutiques : elles offrent, notamment, des vestes beaucoup plus classiques, dont le tweed et la coupe n’ont rien à envier aux meilleurs faiseurs britanniques. Et ne parlons pas des chemises, d’une qualité rare.

La qualité, c’est, sans doute, ce qui frappe le plus – hormis les canons – dans les boutiques « Armia Rossii » : qualité des matières, des finitions…

Crédits : Facebook – Armrusvoentorg

En toute discrétion… parfois

La « grande muette » russe a beau « descendre dans la rue » (elle a d’ailleurs l’intention d’ouvrir des boutiques « Armia Rossii » en Europe et l’on peut, d’ores et déjà, acquérir les modèles depuis l’étranger par internet), elle n’en reste pas moins discrète, du moins dans sa ligne « classique ». Les vestes et chemises évoquées ci-dessus portent éventuellement une petite étoile à peine visible, et l’étiquette « Armia Rossii » au revers ne pourra choquer que votre pressing, et encore ! Vous n’êtes donc pas obligé, en vous fournissant dans ces magasins, de faire la promotion des hauts faits de Vladimir Poutine et de ses troupes.

Les accessoires sont également de très grande qualité : montres, petits porte-cartes de visite en très joli cuir, cartables élégants, également dans un très beau cuir…

Les dames, moins bien servies dans ces boutiques, pourront néanmoins aller faire un tour du côté de la collection « Chkalov » (du nom de l’aviateur Valeri Tchkalov, 1904-1938, le premier à avoir réussi un vol sans escale Moscou-Vancouver, en survolant le pôle Nord). Elle propose d’assez jolies robes, sobres, avec, en prime, une petite broche – discrète, là encore – en forme d’avion.

ARMIA ROSSII pour femmes. Crédits : Facebook – Armrusvoentorg

Vous avez fait votre choix ? Il ne vous reste plus qu’à régler vos achats au comptoir – une aile de bombardier du meilleur effet.

Là, vous découvrirez un foulard en soie, genre gigantesque carré Hermès, réalisé pour le 70e anniversaire de la victoire de 1945. Il est absolument magnifique… mais difficile à porter : il ne représente que des tanks.