fbpx

Laurent Hilaire : « Je ne regrette pas d’être venu travailler en Russie »

Au printemps, le Masque d’Or du meilleur ballet, pour la saison 2016-2017, a été décerné au spectacle Suite en Blanc, du Théâtre académique musical Stanislavski et Nemirovitch-Dantchenko. Ce ballet de Serge Lifar sur une musique d’Édouard Lalo, monté à Moscou en juillet dernier, est la première création du Français Laurent Hilaire depuis qu’il a pris la direction artistique du lieu, en janvier 2017. La prestigieuse récompense théâtrale russe orne désormais un mur de son bureau, symbole de son succès et légitimation de ses choix. Un an et demi après son arrivée, Anna Gordeeva a rencontré le maître de ballet pour le Courrier de Russie.

« Ce que j’ai fait depuis que je suis ici ?.. se demande, songeur, le danseur étoile de l’Opéra de Paris venu diriger la troupe moscovite. Je préfèrerais parler de ce que j’ai essayé de faire. Je voulais donner à cette troupe une certaine impulsion, nourrir son travail de mon expérience, de mon histoire et de ma vie. Je souhaitais également monter plus de ballets classiques et élargir le répertoire. Rencontrer de nouveaux chorégraphes et intégrer de nouvelles techniques enrichit les danseurs, mais aussi le public. Je me méfie des gens qui parlent avec trop d’assurance, mais j’ai tout de même le sentiment qu’avec les danseurs, nous avons beaucoup progressé vers notre but : atteindre à un niveau supérieur de qualité et donner une nouvelle image du Théâtre musical. »

Une ère de chaos

Depuis une vingtaine d’années, la troupe de ballet du théâtre Stanislavski et Nemirovitch-Dantchenko, deuxième en importance après celle du Bolchoï, s’est habituée aux changements. Contrainte et forcée.

Au temps de l’URSS, les maîtres de ballet sont éternels, ou presque : Vladimir Burmeister dirige la troupe de 1940 à 1970, Alexeï Tchitchinadze de 1971 à 1985, et Dmitri Briantsev, qui lui succède, reste jusqu’à sa mort, en 2004. Mais déjà, le ciel s’assombrit : Briantsev, chorégraphe brillant dans les années 1980, se lance en parallèle, les dernières années, dans un business d’hôtellerie douteux, et finit assassiné par son associé.

L’effondrement de l’URSS et l’ouverture des frontières entraînent une fuite massive de talents, et la troupe du Théâtre académique musical est privée de maître de ballet. Le salut vient d’une femme, qui n’est pas une danseuse de métier : Irina Tchernomourova, l’épouse du directeur général de l’époque, Vladimir Ourine. […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Anna Gordeïeva

Dernières nouvelles de la Russie

Culture

Sergueï Polounine le prince errant de l’âme russe

Le danseur étoile russe Sergueï Polounine vient d’être déprogrammé de l’Opéra de Paris, suite à des commentaires jugés choquants sur le réseau social Instagram. Qu’en pense son public en Russie, et quelles conséquences ce scandale pourrait-il avoir sur la carrière de la star, et l’avenir du ballet national ?

18 janvier 2019
Culture

Pas touche au Casse-noisette !
(et quelques autres pas de danse pour Noël)

En cette période de fêtes de fin d’année, la tradition, dans les théâtres russes, met à l’honneur le ballet Casse-noisette. Le Bolchoï s’apprête notamment à donner vingt-deux représentations d’affilée de cette œuvre de Piotr Tchaïkovski, contant l’histoire d’un prince transformé par un méchant sorcier en pince à briser les noix. Et ce n’est pas un record : le ballet a parfois été joué vingt-cinq fois de suite sur la scène moscovite historique ! Il y a deux ans, le directeur du ballet du Bolchoï, Makharbek Vaziev, en vient à se plaindre, estimant que le travail de création souffre de ces représentations « à la chaîne » – Casse-noisette est souvent joué deux fois par jour, matin et soir – et que la troupe est à bout. Mais il regrette bien vite son imprudence : les amateurs de ballet de la capitale sont furieux, comme si l’on voulait leur enlever ce qu’ils ont de plus cher… Casse-noisette, c’est le spectacle sacro-saint du Nouvel An ; les places s’arrachent dès les premiers jours de la mise en vente, au mois d’octobre, et l’on se rend au théâtre pour le voir comme on va à la messe. Peu importe que les danseurs n’aient même plus le temps de répéter les premières à venir : pas touche au Casse-noisette ! Le Bolchoï entend le souhait de son public et ne change rien à ses habitudes : la pièce continue de mener le bal en décembre et janvier. Pas seulement au Bolchoï, d’ailleurs : durant cette période, la féérie de Tchaïkovski est à l’affiche de tous les théâtres de Russie. Dans des lectures, pourtant, très différentes. L’Adieu au rêve La plupart des salles optent pour la mise en scène de Vassili Vainonen, créée en 1934 par celui qui est alors le maître de ballet du Mariinsky (qui s’appelait à l’époque le théâtre Kirov), à Saint-Pétersbourg. Il s’agit certainement de la version du Casse-noisette la plus enfantine, la plus sereine qui soit. Difficile, pourtant, si l’on écoute attentivement la musique de Tchaïkovski, de ne pas entendre l’abîme de souffrance, loin, très loin du conte de fées… Le compositeur écrit Casse-noisettes un an avant sa mort – il est déjà éreinté par l’existence, profondément malheureux. Le désir et l’impossibilité d’aimer, le temps qui file entre les doigts comme du sable fin, le chagrin, la douleur, le désespoir : tout cela résonne dans la partition, derrière les mélodies sucrées du voyage au Royaume des Délices de Confiturenbourg. Mais Vainonen, chorégraphe de 33 ans qui vient de créer un ballet spectaculaire sur la Révolution française, intitulé Flammes de Paris – et s’achevant sur un vigoureux appel à envoyer tous les aristocrates à l’échafaud –, […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur WhatsApp(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

21 décembre 2018
Culture

Là où naissent les étoiles

La vie à l’Académie de ballet Vaganova, à Saint-Pétersbourg, tient à la fois du cloître et de la course d’obstacles. D’un côté, ceux qui y entrent renoncent volontairement aux plaisirs de la vie dans le seul but de servir leur dieu : le ballet. De l’autre, une carrière sur les planches dure très peu de temps, et se mène la rage au ventre, en dépit des brimades des professeurs et des jalousies des condisciples. Rares sont ceux qui le vivent bien. « Elle est déjà vieille, elle a trente-deux ans ! » Deux fillettes ayant fraîchement intégré une compagnie de ballet discutent de la prima ballerina qui vient de passer devant elles. Dans ce milieu, le temps passe à une vitesse folle : il faut, à dix ans, déjà savoir ce que l’on veut ; à quinze, attirer l’attention du public ; et, dès sa première année sur scène, arracher avec les dents son premier « rôle d’affiche », le terme désignant le moindre rôle pour lequel le nom du danseur est imprimé sur une ligne distincte du programme. Tant pis pour ceux qui prennent du retard : une carrière dans le ballet ne commence pas à vingt-cinq ans. À cet âge-là, il faut déjà être une étoile – ou, du moins, une étoile montante. Ces carrières fulgurantes, qui mèneront les meilleurs jusqu’à Londres ou Shanghai, sont planifiées et préparées dans les écoles de ballet. En Russie, la principale est l’Académie de ballet Vaganova de Saint-Pétersbourg. « Les enfants talentueux n’existent pas », prononce d’une voix lasse le recteur de l’académie, Nikolaï Tsiskaridzé, en poste depuis cinq ans. Âgé de quarante-quatre ans, il est l’un des plus jeunes directeurs d’établissement d’enseignement supérieur russes. Lorsque Nikolaï Tsiskaridzé était premier danseur au théâtre Bolchoï, trente-neuf ans était considéré comme l’âge de la retraite. En 2013, Anatoli Iksanov, alors directeur de l’institution, fut ravi d’envoyer à ses charentaises le « meilleur danseur de sa génération », qui se répandait dans la presse pour expliquer à quel point la restauration du célèbre théâtre moscovite laissait à désirer. « Le talent n’existe que chez les adultes. Les enfants ont des aptitudes physiques. Voilà ce que nous recherchons. Le talent, lui, se manifeste au théâtre. » Aujourd’hui, le jeune recteur doit prouver à chaque instant qu’il a suffisamment d’expérience pour diriger la plus ancienne école de ballet russe. Ce qu’il fait avec brio. […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur WhatsApp(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

16 novembre 2018

Vous êtes actuellement hors ligne