Emmanuel Macron visitant le Salon du livre de Paris. Crédits : Salon du livre de Paris

Salon du Livre de Paris : la Russie boycottée par Emmanuel Macron

La 38e édition du Salon du Livre de Paris se tient porte de Versailles du 16 au 19 mars. Cette année, la littérature russe y est mise à l’honneur, un événement majeur étant donné le refroidissement des relations russo-européennes. Toutefois, le président français Emmanuel Macron a choisi, au dernier moment, de boycotter le stand russe, où il était attendu.

Pour se justifier, le chef de l’Etat a déclaré: « J’ai décidé, compte tenu du contexte international, de ne pas me rendre sur le stand de la Russie en solidarité avec nos amis britanniques », faisant référence à l’affaire de l’empoisonnement de l’ex-espion russe Sergueï Skripal, dont Moscou est accusée par Londres d’être responsable. Comme le fait remarquer Jack Dion, directeur adjoint de la rédaction du magazine Marianne : « Nos amis écrivains russes apprécieront le message. Les voilà placés d’office dans le camp de l’ennemi supposé, et rabaissés au rang de gratte-papier du Kremlin. On appréciera la délicatesse et l’élégance du procédé. »

Visite du stand russe avec Rossiïskaïa Gazeta

« Les liens historiques, […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Rossiiskaia GazetaTraduit par Maïlis Destrée

Dernières nouvelles de la Russie

Société

« Lénine fait partie de notre histoire, mais Lénine n’est plus tout pour nous »

Quel regard porter sur Lénine aujourd’hui, cent ans après la révolution de 1917 ? Pour Rossiïskaïa Gazeta, Lev Danilkine, auteur de la toute dernière biographie du fondateur du parti bolchévique, a posé la question à Andreï Artizov, directeur des Archives de Russie, qui consacrent actuellement au personnage une exposition de 750 documents rares et inédits. Propos recueillis par Lev Danilkine Rossiïskaïa Gazeta : Comment l’exposition sur Lénine aux Archives est-elle organisée? Andreï Artizov : Nous n’y présentons que ce que Lénine a directement dit, que des documents qu’il a directement eus en main. Et c’est ce qui nous permet d’être le plus objectif et le plus fidèle possible, de nous prémunir des accusations de falsification ou de subjectivité. L’exposition réunit 750 documents d’archives, couvrant la période de 1870 aux années 1920. Ce sont pour beaucoup des pièces rares ; et la collection n’a jamais été présentée au grand public dans son ensemble. Là réside, à mon sens, toute l’importance de cette exposition : elle révèle la vérité au travers de documents qui parlent d’eux-mêmes. « Nous subissons encore les conséquences de certaines décisions des bolchéviques » R.G. : Dans quelle mesure la politique de Lénine est-elle encore actuelle ? Andreï Artizov : De nombreux décrets soviétiques de la première heure – de celui qui instaurait la journée de travail de huit heures à celui abolissant les grades civils – sont aujourd’hui le lot quotidien de tout État civilisé, y compris l’État russe. Cependant, en étudiant la véritable masse de témoignages documentaires de la période, on constate que Lénine a pris des décisions politiques injustifiées, la première et la principale d’entre elles étant d’avoir sorti le pays de l’économie de marché. La deuxième est sans doute d’avoir instauré la dictature du prolétariat, […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

11 octobre 2017