Une histoire intime de la vodka

Evgueni Grichkovets est dramaturge, metteur en scène, comédien, musicien et écrivain. Il décrit son amour pour la vodka, dans un texte publié récemment par le site marmazov.ru et dont voici les meilleurs extraits... Un jour, un Corse a voulu m’apprendre à boire du pastis. J’ai décliné, expliquant que je ne supportais aucune boisson anisée. Il a affirmé que je ne savais simplement pas boire le pastis parce que je n’en avais jamais bu comme on le boit en Corse. J’ai dit que j’avais les cheveux qui se dressaient sur la tête rien qu’à l’odeur. Mais il a insisté, et j’ai accepté d’essayer. Il était tout heureux. Il est allé chercher la bouteille, des verres appropriés, de l’eau et de la glace. Il a tout mélangé. Le Corse a longtemps fait tinter les glaçons dans les verres, puis il a goûté, a hoché la tête avec satisfaction et s’est passé la langue sur les lèvres. Nous avons bu. Bien entendu, mes cheveux se sont dressés sur ma tête. Tous les poils de mon corps, en fait. Rassemblant mon courage, j’ai péniblement fini mon verre, sans pouvoir dissimuler une grimace. Je l’avais déçu. Il a dit : « Mais tu bois de la vodka sans tiquer, et c’est autrement infect. » Là, je me suis vexé. Et je lui ai demandé comment il buvait la vodka. Il a répondu qu’il s’efforçait de ne jamais en boire et que s’il le faisait, il essayait de l’avaler le plus vite possible, car le goût lui répugnait. Tous les glaçons qu’il y ajoutait le gênaient toutefois un peu pour l’avaler d’un coup. J’ai compris alors que la vodka était une boisson intrinsèquement russe, notre alcool à nous ; je dirais, à nous personnellement.

Pour les Occidentaux, la vodka est une force massacrante

Combien de fois a-t-on vu, au cinéma, les héros de films américains attraper une bouteille de vodka, et pas dans le frigo mais sur une table ou un comptoir, l’attraper et la boire comme ça : sec, tiède, au goulot, à petites gorgées. Ces scènes me donnent la nausée. J’ai souvent remarqué que, pour les Européens et les Américains, la vodka est certainement l’alcool le plus fort, le plus dur et le plus impossible à boire. La vodka a pour eux une force massacrante, et elle est aussi incompréhensible que tout ce qui est russe. J’ai fait connaissance avec la vodka sur le tard. J’avais trente ans passés quand j’en ai bu pour la première fois avec plaisir. J’en avais bu avant, mais j’avais toujours eu un peu de mal à l’avaler,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Traduit par Julia Breen

Dernières nouvelles de la Russie

Sergueï Lavrov : « L’Union européenne n’est pas un partenaire fiable »

Rencontre Macron-Poutine d’août, échange de prisonniers entre Moscou et Kiev, négociations sur le Donbass : le ministre des Affaires étrangères revient, dans un entretien accordé à Kommersant, sur les grands dossiers internationaux de ces dernières semaines.

 

16 octobre 2019

Igor Kolomoïski : « La guerre dans le Donbass sert les intérêts de Washington »

Le milliardaire Igor Kolomoïski, revenu en Ukraine fin mai après deux ans d'exil, est souvent qualifié de « parrain » du nouveau pouvoir à Kiev. Dans un entretien accordé à l'hebdomadaire ukrainien Novoïe Vremia, il s'est longuement exprimé sur la situation économique du pays et sur le conflit dans le Donbass.

 

19 juillet 2019

Les Russes en mal de solidarité

« Les Russes ont la nostalgie du « nous », dont témoignent leurs accès chroniques de néo-stalinisme. Dans leur esprit, l’URSS apparaît aujourd’hui comme un pays des merveilles, où ils étaient tous frères et vivaient de victoires communes. » L’écrivain Andreï Desnitski revient sur trente ans d’aspirations des Russes.

 

25 juin 2019