La construction de l’ennemi

Dans une nouvelle parue en français en 2014, le regretté Umberto Eco rapporte une discussion avec un chauffeur de taxi pakistanais à New York. Apprenant que son passager vient d’Italie, celui-ci s’intéresse d’abord à la langue du pays et s’étonne que ce ne soit pas l’anglais, puis, sans transition, demande quels sont les ennemis des Italiens, « ceux qu’ils massacrent et qui les massacrent depuis des siècles », « pour des revendications territoriales, des haines ethniques, d’incessantes violations de frontières… ». La réponse de l’auteur du Nom de la rose : les Italiens n’ont pas d’ennemis, ils ne massacrent personne, ne le satisfait manifestement pas : « Comment pouvait-il exister un peuple sans ennemis ? » Un peu honteux d’appartenir à un tel peuple, Eco conclut : « Je suis descendu en lui laissant deux dollars de pourboire pour le dédommager de notre pacifisme indolent ».Cette rencontre fortuite conduit Umberto Eco à réfléchir à l’absence d’ennemi, aujourd’hui, en Italie – réflexion que l’on peut étendre à l’ensemble de l’Europe, à tout le moins occidentale. Eco prend conscience que l’unité de l’Italie s’est faite grâce à l’ennemi autrichien, que les États-Unis ont perdu leur identité en même temps que le grand ennemi soviétique, jusqu’à ce que Ben Laden vienne y mettre bon ordre, qu’« avoir un ennemi est important poillur se définir une identité, mais aussi pour se confronter à un obstacle, mesurer son système de valeurs et montrer sa bravoure ». Par conséquent, résume-t-il, « au cas où il n’y aurait pas d’ennemi, il faut le construire » .En nos temps de conflits sanglants que l’on n’ose pudiquement qualifier de guerres, où l’ennemi est d’autant plus mouvant et flou que l’on se refuse bien souvent à lui donner ce nom ; où la Russie et l’Ukraine jouent à nouveau les frères-ennemis ; où l’Europe, qui ne sait plus ce qu’elle est ni pour quoi elle existe, hésite sur le choix de l’ennemi à désigner et paraît parfois regretter le bon vieux temps des Blocs ; où la Russie, enfin, se relance dans une valse-hésitation entre Orient et Occident, il semble utile, voire nécessaire, de reprendre à notre compte la question posée par le chauffeur de taxi pakistanais à Umberto Eco.Il serait particulièrement intéressant de nous pencher sur la construction européenne (au sens d’Union européenne) de l’ennemi, mais la tâche est proprement titanesque, tant l’Europe actuelle paraît insaisissable, oscillant constamment, dans sa définition d’elle-même, entre entité sans visage et résurgences de particularismes.La Russie qui, depuis quelque temps, apparaît ici ou là, entre les lignes et sous les mots européens, comme un ennemi bien commode pour cimenter l’UE, est plus aisée à cerner de ce point de vue, d’autant que l’ennemi, dans son cas, prend appui sur une tradition solide.

Baleines et serpents-dragons

La construction de l’ennemi repose, comme le monde, en Russie, sur « trois baleines » : le réel, en d’autres termes les événements historiques, guerres et invasions, auxquels il convient d’ajouter ce qu’en font le politique et l’idéologie ; le mythe, à savoir l’image que le populaire donne du réel, comment il le transforme, quelle légende il fabrique, et l’utilisation éventuelle par l’idéologie de cette imagerie ; la littérature – plus tardive, puisque la Russie n’a de littérature véritablement originale qu’à partir du XIXe siècle – qui, si elle reflète, bien souvent, une vision individuelle, n’en est pas moins influencée et par ce que nous avons appelé le « réel », et par ce que nous qualifions de « mythe ». Nos trois baleines, en outre, peuvent être nettement différenciées, comme elles peuvent être presque interchangeables. À tout le moins, elles sont étroitement liées.Dès le fond des âges païens de ce qui deviendra la Rus, puis la Russie, l’ennemi prend la forme du Serpent-Dragon Zmeï Gorynytch, monstre à trois, six, neuf, parfois douze têtes. Serpent ailé, également qualifié de « démon flamboyant », il est associé à Peroun, dieu du tonnerre et des éclairs dans la mythologie slave. Combattu par les bogatyrs (les preux), il devient, avec la christianisation, le dragon contre lequel lutte, encore et encore, notamment sur le blason de Moscou, saint Georges.Toute mythologie se rattachant, peu ou prou, à une réalité historique, Zmeï Gorynytch pourrait être une allégorie des nomades de la steppe, Pétchénègues, Polovtsiens et autres, qui multiplient les incursions dans la Rus.Le joug tatar (1236-1480), néanmoins, expédie les nomades dans les poubelles du mythe.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Anne Coldefy-Faucard

Dernières nouvelles de la Russie

Mystiques russes : Chamans, starets et autres fols-en-Christ

Le chaman marche. Il a nom Alexandre Gabychev. Il parcourt une vingtaine de kilomètres par jour, rassemblant peu à peu apôtres et disciples. Le chaman marche. Parti de Iakoutsk il y a un peu plus de six mois, il se donne deux ans pour atteindre la capitale et renverser Vladimir Poutine, qu’il tient pour une «force du mal».

 

11 octobre 2019

Viatcheslav Pietsoukh, l’ironie douce

La récente disparition de Viatcheslav Pietsoukh, à l’âge de soixante-douze ans, n’a pas fait la Une de la presse française. L’écrivain avait pourtant connu sa ‒ toute ‒ petite heure de gloire en France au début des années 1990, avec la publication, aux éditions Actes Sud, d’un recueil de nouvelles, Chronique privée (1991), et d’un roman, La nouvelle philosophie moscovite (1993).

 

4 octobre 2019

À quel Staline se vouer?

Dieu sait pourquoi (mais Dieu n’a sans doute rien à y voir), il semble que, depuis quelque temps, le nom de Staline revienne de plus en plus souvent, à l’écrit comme à l’oral, en Russie.

 

3 septembre 2019