fbpx
matisse la dance

Chtchoukine à Matisse : « Monsieur, j’aimerais éviter le nu »

29 Picasso, 22 Matisse, 12 Gauguin, mais aussi des Malevitch, des Tatline et des Gontcharova… : l’exposition « Icônes de l’art moderne. La collection Chtchoukine », présentée à la fondation Louis Vuitton à Paris, a déjà attiré 600 000 visiteurs en dix semaines. Face à ce succès exceptionnel, l’événement a même été prolongé jusqu’au 5 mars. Qui est le collectionneur et mécène russe Sergueï Chtchoukine et d’où vient son attrait pour la peinture française ? Dans un article pour la revue Rodina, l’historien Vladimir Galaïko revient sur les relations tumultueuses entre le marchand passionné d’art et le peintre français Henri Matisse.

Au printemps 1898, le marchand moscovite Sergueï Chtchoukine se rendit dans la petite rue Laffitte, non loin du boulevard des Italiens, à Paris, pour acheter, dans la galerie de Paul Durand-Ruel, le tableau de Camille Pissarro Avenue de l’Opéra. L’automne suivant, au même endroit, il fit l’acquisition des Rochers de Belle-Île, de Claude Monet.

Sergueï emporta ces toiles étranges dans sa Moscou patriarcale et les exposa dans sa maison de la rue Bolchoï Znamenski, organisant, tous les samedis, des visites pour les amateurs.

Ces chefs-d’œuvre impressionnistes y faisaient l’effet de papillons exotiques inopinément arrivés dans une Russie engourdie par la neige. Les visiteurs, attroupés autour du collectionneur aux cheveux blancs, l’écoutaient « comme des Esquimaux un phonographe », se souvient le prince Sergueï Chtcherbatov, contemporain du mécène.

Mais qui était donc cet homme étonnant ?

Les coups durs du destin

Issu d’une famille de marchands vieux-croyants, Sergueï Chtchoukine fit sa fortune dans le textile. Lors de la révolution de 1905, il acheta tous les tissus qu’il put trouver pour, lorsque la situation s’apaisa, les revendre en dégageant des bénéfices énormes. Ses affaires étaient particulièrement prospères dans le Caucase, en Asie centrale et même sur le marché perse. Les négociants moscovites le surnommaient respectueusement « M. le ministre du commerce ».

À 29 ans, il épousa Lidia Koreneva, fille d’un propriétaire foncier de Ekaterinoslav. La jeune femme, sa cadette de dix ans, séduisit rapidement le beau monde moscovite de ses manières douces et attendrissantes. […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Connexion

Traduit par Maïlis Destrée

Dernières nouvelles de la Russie

Culture

Professeur de ballet russe au Rwanda

Larissa Tretiakova vit depuis quatorze ans au Rwanda, où elle enseigne le ballet à des enfants dans la seule école de danse classique du pays. Au Rwanda, l’art classique est parfaitement inconnu et inhabituel. Mais l’amour des pointes et de la musique de Tchaïkovski efface toutes les frontières. Reportage de Takie Dela. En 2003, le […] 

18 mai 2018
Société

L’Extrême-Orient malade de son charbon

Le port de Nakhodka se situe dans la région du Primorié, au bord de la mer du Japon. Dans la seconde moitié du siècle dernier, ses marins partaient pêcher dans tous les océans de la planète. Dans les années 1990 et 2000, la ville a assisté à l’effondrement de ses secteurs de la pêche et […] 

26 avril 2018
Société

Elista, la steppe où cohabitent Lénine, Khrouchtchev et Bouddha

Si atteindre Elista est loin d’être une tâche aisée, la ville en vaut toutefois largement la peine. Reportage dans la capitale de la Kalmoukie, où traditions et modernité se côtoient et où Nikita Khrouchtchev et les échecs sont à l’honneur. La Kalmoukie, dont Elista est la capitale, est une des rares régions russes où l’on […] 

20 avril 2018