ZDDZ : le prêt-à-porter comme une forme contemporaine d’art de rue

La très en vogue marque ZDDZ, fondée en 2011, à Londres, par Dasha Selyanova, 31 ans, s’inspire de son amour du rap, de l’électro, du graphisme et de l’art urbain, pour offrir des créations très colorées à des femmes underground et insoumises. Le Courrier de Russie a aimé et rencontré l’audacieuse et virulente styliste russe.

Le Courrier de Russie : Tu es aujourd’hui spécialisée dans la mode féminine. Peux-tu nous raconter comment tout a commencé.

Dasha : J’ai attrapé le virus de la mode assez tard, il y a six ans, lorsque j’ai été admise à la British Higher School of Art and Design de Moscou. Je me suis tournée naturellement vers la conception de vêtements pour femmes car je comprends leurs désirs, leurs attentes. Je veux que les femmes se sentent sexy, sans être vulnérables. Je recherche en permanence cet équilibre entre sexualité et sécurité. C’est ce que j’appelle la « psychologie des vêtements », et qui m’intéresse le plus en tant que styliste. Pourquoi une femme doit-elle être sexy ? Et que se passe-t-il dans la tête des gens si elle néglige cet aspect ? J’aime la sensualité mais une partie de moi veut provoquer, jouer, questionner. C’est pourquoi je m’efforce de créer des pièces à la fois marquantes, confortables et fonctionnelles. […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Propos recueillis par Marion Boiville

Dernières nouvelles de la Russie

Culture

Le Handifashion, c’est à Moscou que ça se passe

Bezgraniz Couture, un projet russe engagé dans la création de vêtements fonctionnels modernes et d’accessoires pour les personnes handicapées, a reçu les honneurs lors de la Mercedes-Benz Fashion Week de Moscou, au mois d’octobre. Le Courrier de Russie a rencontré sa fondatrice, Janina Urussowa. Le Courrier de Russie : Bezgraniz Couture s’est retrouvé sous les feux de la rampe à l’occasion de la Mercedes-Benz Fashion Week (MBFW), à Moscou. Le projet y a présenté sa collection exclusive pour personnes handicapées : « Novateurs ». Comment en êtes-vous arrivée là ? Janina Urussowa : Tout a commencé en 2008, lorsqu’un de mes collègues, Tobias Reisner, m’a lancée sur la problématique des personnes handicapées, qui n’était pas du tout d’actualité en Russie à l’époque. Pour être honnête, j’ai trouvé l’idée un peu « sauvage » au début, c’était un monde absolument inconnu pour moi, et qui m’effrayait un peu. Mais ensuite, j’ai compris que c’était une occasion à saisir sur le plan de l’entrepreneuriat social et je me suis embarquée dans l’aventure. Parmi une multitude d’esquisses de projets envisagées – organisation de voyages et visites culturels, conférences, etc. –, nous nous sommes penchés plus sérieusement sur le thème des vêtements et accessoires dernier cri, visant à faciliter et améliorer le quotidien des personnes handicapées. […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

28 novembre 2016