C’est quoi, le rap russe ?

La question est moins futile qu’il n’y paraît : la scène hip-hop russe bouillonne et ne cesse d’étonner. Pour y répondre, Le Courrier de Russie a rencontré Andreï Nikitine, fondateur du portail russe The Flow, consacré à la culture rap. Le rap russe en dix morceaux, par LCDR RadioLe Courrier de Russie : Le rap russe année zéro, c’était qui et c’était quoi ?Andreï Nikitine : Le premier enregistrement de rap pourrait dater de 1984. Je dis « pourrait » car il est difficile de recenser les informations de cette époque. Il a été réalisé à Saratov, par un certain Alexandre Astrov. Le type avait pu dénicher des cassettes d’artistes hip-hop étrangers, comme Grandmaster Flash, et s’était mis à « rapper » entre des chansons, lors de soirées en boîte. Pour être franc, cela ressemblait plus à du blabla sans queue ni tête, « parlé rapidement » et en rimes, qu’à du rap. Mais c’était une première tentative.LCDR : Qui a transformé l’essai ?A.N. : Les premiers rappeurs à avoir connu un véritable succès en Russie sont les membres du groupe Maltchichnik, en 1991. Ces danseurs de break-dance moscovites ont enchaîné les succès et les tournées.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Propos recueillis par Thomas Gras

Dernières nouvelles de la Russie

Tatarstan : la langue tatare devient facultative

L'enseignement du tatar n'est plus obligatoire dans les écoles du Tatarstan. Ekaterina Khodjaeva revient sur un bras de fer linguistique.

 

30 novembre 2017

Sous pression, le boulanger homophobe Sterligov revend sa chaîne moscovite

L'entrepreneur super-orthodoxe et ouvertement homophobe German Sterligov a annoncé la revente de ses boulangeries Khleb i sol à Moscou.

 

8 novembre 2017

La bande son de la révolution russe

De la Marseillaise à Hatikvah, quelles étaient les chansons populaires parmi les révolutionnaires russes en 1917 ?

 

27 octobre 2017