S'abonner, c'est découvrir la Russie sans préjugés ni concessionsDécouvrir nos offres

Le jardin russe de Chaumont-sur-Loire : vive la datcha !

Le jardin russe de Chaumont-sur-Loire : vive la datcha !

Chaque année, les organisateurs du Festival international des Jardins de Chaumont ne retiennent que 24 des 300 candidatures de paysagistes du monde entier souhaitant créer leur jardin au domaine de Chaumont-sur-Loire. En 2016, une équipe d’architectes russes participera à l’événement, aux côtés de confrères français, belges, britanniques, italiens et chinois. Le Courrier de Russie a interviewé les heureux lauréats ainsi que la directrice du domaine, Chantal Colleu-Dumond.

« Cultiver en France des tomates de Toula : ça, c’est de la mesure anti-sanctions ! »

14 - AI_Image4_optAnton Kotchourkine, fondateur du cabinet d’architecture moscovite 8 lines, concepteur du jardin russe pour le Festival international des Jardins :« C’est à l’été 2005 que j’ai visité pour la première fois le domaine de Chaumont-sur-Loire, qui accueille le Festival des Jardins – et j’ai éprouvé une pure extase. C’est un lieu où l’art contemporain se marie à merveille à l’art du paysage. J’ai beaucoup aimé aussi l’idée de ce parc qui évolue tous les ans. Et je me suis dit qu’il fallait absolument que je participe au festival. J’ai donc lancé un appel parmi mes amis, et j’ai rencontré Anna Andreeva, qui possède une solide expérience en architecture du paysage : c’est elle qui, en 2013, a totalement réaménagé le quai de Crimée à Moscou, qui est aujourd’hui devenu l’un des lieux de promenades favoris des citadins et des visiteurs.Nous avons travaillé ensemble pendant un mois à la conception du jardin russe pour Chaumont, et le projet a été sélectionné par les organisateurs. Nous ne nous attendions absolument pas à cette victoire. Ce sera la toute première présentation de notre équipe à l’étranger.

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné se connecter

Rusina Shikhatova

Le retour du grand roman russe

En 2015, le premier roman de Gouzel Iakhina, Zouleikha ouvre les yeux, s'imposait dans la littérature russe. Ce récit de la dékoulakisation est aujourd’hui traduit en 16 langues. Le Courrier de Russie a rencontré sa traductrice française, Maud Mabillard.

 

16 février 2018