Le Courrier de Russie

Bruno Pelletier : « J’ai été étonné de voir à quel point le public russe m’a ouvert les bras »

Le chanteur québécois Bruno Pelletier s’est fait connaître du public russe au début des années 2000 grâce à la comédie musicale Notre-Dame de Paris. Depuis, il revient régulièrement en Russie. Rencontre à la veille de sa représentation à Moscou.

Bruno Pelletier. Crédits : DR

Le Courrier de Russie : Quel est votre lien avec la Russie ?

Bruno Pelletier : Mon premier voyage en Russie, en 2009,  m’a permis de comprendre à quel point la nature profonde de l’homme peut se ressembler. Même si l’histoire, la langue, l’architecture, les coutumes et le folklore sont complètement différents de chez nous, les hommes et les femmes de partout aspirent en général aux mêmes buts : être heureux, que leurs enfants soient éduqués et épanouis, etc. Le partage culturel par la musique, le théâtre, la danse et d’autres formes d’art permet de se connaître mieux les uns les autres.

LCDR : Qu’est-ce qui vous fait revenir en Russie ?

B.P. : L’équipe de Magnifik Productions (Boris Orlov et Tatiana Michailoff) m’y invite régulièrement depuis 2009. J’ai tissé des liens avec eux mais aussi avec mes fans en Russie. Tatiana et Boris sont aussi devenus des amis qui partagent avec moi leur savoir et leur riche expérience de la Russie. Tous mes concerts dans ce pays sont sûrement dans les highlights de ma carrière. Vous savez, lorsqu’on va dans un pays qui ne parle pas nécessairement notre langue, on n’imagine pas que les gens nous connaissent bien. J’ai été étonné de voir à quel point le public russe m’a ouvert les bras, je n’en reviens toujours pas !

LCDR : Comment sentez-vous le public russe ? Est-il différent du public français ou canadien ?

B.P. : Les Russes sont très chaleureux et respectueux, je me sens très bien sur scène et chez eux. Ils ont toujours de belles attentions pour moi et ça me touche beaucoup, comme d’arborer le drapeau du Québec pendant la chanson La manic. Un cadeau extraordinaire pour moi !

LCDR : Vous avez fait des études de russe. Allez-vous chanter dans cette langue ?

B.P. : Je prends toujours des leçons de russe au Canada pour pouvoir me faire comprendre un peu sur le sens des chansons que je chante et pour partager avec les fans, c’est très important pour moi. Et oui, je vais tenter de chanter une chanson en russe écrite par mon ami Boris Orlov.

LCDR : Avez-vous d’autres projets en Russie ?

B.P. : Le projet de continuer à y chanter tant qu’on m’y invitera !

Bruno Pelletier sera en concert les 8 et 10 décembre à la Maison Internationale de la musique à Moscou.

Réservations : www.mmdm.ru/