Le mythe du gopnik

Vous le trouverez au coin de l’immeuble, accroupi – éméché ; et vous vous demanderez qui c’est, ce type en jogging, mocassins aux pieds. Le gopnik russe hante les cours d’immeubles, les gares, les stations de métro. Il effraie, amuse, rebute. Le français l’appellerait « voyou », « lascar » ou « racaille ». Mais nous nous en tiendrons au terme russe, afin de ne pas dénaturer ce personnage haut en couleur. Déterminé à mieux comprendre l’homo gopnikus, Le Courrier de Russie a grimpé au 16e étage de l'Académie russe des sciences pour rencontrer Dmitri Gromov, ethnologue-lascarologue.Le Courrier de Russie : J'ai découvert le mot gopnik en regardant le clip de Siava, ce faux rappeur, casquette plate de papy sur la tête, qui buvait de la bière accroupi et traînait dans les halls d'immeuble. Tous les gopniks ressemblent-ils réellement à ça ?Dmitri Gromov : En réalité, non. Cette image s'est répandue au début des années 2000 avec le développement d'Internet. De nombreuses vidéos et photographies présentant le « gopnik typique » ont été publiées, suivies de près par la création de blogs sur LiveJournal. On y présentait le gopnik comme un individu rageur, amateur d'alcool, prêt à en venir aux mains pour vous voler votre téléphone, habillé en tenue de sport et qui aime rester accroupi à manger des graines de tournesol. Sauf qu'il s’agit d'une apparence mystifiée, d’un stéréotype – basé, certes, sur certaines réalités, mais créé par des jeunes gens souvent cultivés, et à l’opposé de ces individus.Le clip « Bodryachkom » du rappeur Siava :
LCDR : Mystifiée à quel point ?D.G. : En rencontrant l’administrateur de plusieurs blogs sur les gopniks, populaires à l'époque, j’ai été surpris de tomber sur un jeune homme éduqué, issu de la mouvance libérale. Et j’ai rapidement compris qu’à la base de tout ce mouvement sur Internet, il y avait des gens qui jouaient aux gopniks. Ce jeu, comme je le définis, a engendré une véritable culture visuelle, avec des montages photographiques et vidéo, mais aussi littéraire,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Thomas Gras

Dernières nouvelles de la Russie

Tatarstan : la langue tatare devient facultative

L'enseignement du tatar n'est plus obligatoire dans les écoles du Tatarstan. Ekaterina Khodjaeva revient sur un bras de fer linguistique.

 

30 novembre 2017

Sous pression, le boulanger homophobe Sterligov revend sa chaîne moscovite

L'entrepreneur super-orthodoxe et ouvertement homophobe German Sterligov a annoncé la revente de ses boulangeries Khleb i sol à Moscou.

 

8 novembre 2017

La bande son de la révolution russe

De la Marseillaise à Hatikvah, quelles étaient les chansons populaires parmi les révolutionnaires russes en 1917 ?

 

27 octobre 2017