Viktoriya Lajoye : « En URSS, folklore et légendes étaient les seules formes de merveilleux tolérées »

En novembre 2014, le couple de traducteurs franco-russe Viktoriya et Patrice Lajoye ont créé Lingva, une maison d’édition dont le but est de faire revivre des œuvres russophones tombées dans l’oubli. Le Courrier de Russie a cherché à en savoir plus et a rencontré Viktoriya Lajoye.Le Courrier de Russie : Quelle est la genèse de Lingva ?Viktorija Lajoye : Je suis diplômée de l'Université d’État de Voronej en philologie, j'ai travaillé pour diverses maisons d'édition, en Russie comme en France, mais j'ai aussi enseigné le russe et le français. Mon mari, spécialiste en mythologie comparée, travaille au CNRS et a soutenu une thèse d'histoire sur l'antique dieu slave de l'orage, Perun. Ensemble, nous avons longtemps tenu un blog littéraire qui s'intéressait à des genres méconnus en France, voire méprisés lorsqu'ils viennent des pays d'Europe de l'Est, à savoir le fantastique et la science-fiction [Russkaya Fantastika, ndlr].LCDR : Quels sont les genres de prédilection de votre maison d'édition ?V.L.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Nicolas Pertsov

Dernières nouvelles de la Russie

Konstantin Bronzit : « Le cinéma est un art maudit »

À 50 ans, Konstantin Bronzit est un monstre de l’animation russe et française : il a reçu autant de prix qu’il compte de bougies sur son gâteau d’anniversaire.

 

31 juillet 2015

Lettonie : deux militants russes risquent la prison à vie

Andreï Popko et Alexandre Kourkine ont pénétré la base d'Ādaži alors qu'elle abritait plus de 1000 soldats baltes, américains, britanniques et finlandais, à l'occasion d'une des étapes du Saber Strike.

 

10 juillet 2015

Un grand-duc d’Europe au secours du Kremlin

« Le hibou grand-duc est l'ennemi juré des corbeaux »

 

4 juin 2015