|  
38K Abonnés
  |   |  
Nazlo records cassettes une

La cassette audio s’offre une seconde jeunesse en Russie

La cassette audio était synonyme de liberté. Petite, pratique, pas chère, elle pouvait enregistrer, être copiée, re-et-recopiée jusqu’à ce que mort s’en suive. Évincée par le disque aux débuts des années 2000, la « K7 », de son petit nom, fait un grand retour depuis près de cinq ans, notamment en Russie, où plus d’une dizaine de labels exploitent activement ce format qu’on croyait dépassé. Nostalgie ou effet de mode ? Le Courrier de Russie a posé la question aux fondateurs de trois labels indépendants.

Nazlø Records

C’est à quelques mètres d’une datcha calcinée de la région de Moscou, dans un bania désaffecté, que Rouslan, 28 ans, et Ieronim (pseudonyme), 25 ans, ont enregistré leurs premières cassettes sur un vieux magnétophone, il y a huit ans. Au départ, la démarche était personnelle. Les musiciens jouaient et enregistraient leurs performances journalières sur des cassettes. « On faisait ça pour rigoler, notre groupe changeait de nom à chaque fois. La pochette, on la réalisait à base d’autocollants publicitaires que l’on décollait dans l’elektritchka », se remémore Ieronim, doctorant en langue japonaise dans le civil.

Inspirés, les deux acolytes se sont alors dit que leur concept pouvait aller plus loin et ont décidé, il y a près de deux ans, de créer Nazlø Records avec un troisième compère, Aliocha. « Rien à voir avec un label, je dirais plutôt qu’il s’agit d’une entreprise communautaire », s’empresse de souligner Rouslan, un grand gaillard barbu. Depuis, Nazlø a produit 27 cassettes, tirées entre 10 et 20 exemplaires chacune, pour d’obscurs groupes russes, tels que Jyr (« chanson » en tatar), Beskorystnoe iznasilovanie (« Viol désintéressé ») ou Electro Haram, sans dépenser un kopeck. « Nous recyclons de vieilles cassettes dont les gens se débarrassent et enregistrons sur un magnétophone, qui nous a été donné, tout ce qui nous semble intéressant », explique Ieronim.

Nazlø ne vend d’ailleurs pas ses productions, préférant les troquer ou simplement les donner. « Un jour, j’ai même mis de l’argent dans un des boîtiers… Rien que de penser à un prix, […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Connexion

Thomas Gras

Dernières nouvelles de la Russie

Société

Sous pression, le boulanger homophobe Sterligov revend sa chaîne moscovite

L'entrepreneur super-orthodoxe et ouvertement homophobe German Sterligov a annoncé la revente de ses boulangeries Khleb i sol à Moscou.

8 novembre 2017
Culture

La bande son de la révolution russe

De la Marseillaise à Hatikvah, quelles étaient les chansons populaires parmi les révolutionnaires russes en 1917 ?

27 octobre 2017
Société

Ce que l’on sait de l’agression contre la journaliste d’Écho de Moscou

L'agression de la journaliste de la radio Écho de Moscou, Tatiana Felgengauer, soulève de nombreuses questions.

24 octobre 2017