Nicolas de Villiers : « Ça fait dix ans que nous pensons à un parc de loisirs en Crimée »

Le Puy du Fou, deuxième parc d’attractions de France avec 1,74 million de visiteurs en 2013, se déclinera désormais en russe : d’ici 2019, deux parcs à thème, largement inspirés de ce concept français, devraient ouvrir leurs portes à Moscou et en Crimée. Nicolas de Villiers, président de l’association Puy du Fou, dévoile ses projets au Courrier de Russie.LCDR : Comment en êtes-vous venu à l’idée de construire des parcs de loisirs en Russie ?Nicolas de Villiers : Le Puy du Fou se tourne vers des cultures et des civilisations qui lui ressemblent. Nous travaillons déjà dans d’autres pays, notamment en Angleterre et aux Pays-Bas, mais la Russie est une grande civilisation à l’histoire extrêmement riche et qui nous a toujours attirés. Depuis des années, nous avions le rêve de construire un jour un parc en Russie. C’est un pays qui nous donne l’inspiration pour imaginer des spectacles vivants à la manière dont nous l’avons fait en France, mais consacrés à l’histoire russe et présentés dans le cadre de la Russie. Et nous y voilà : nous travaillons actuellement à la création de deux parcs, à Moscou et en Crimée.LCDR : De quand date la décision ?N.d.V. : Ça fait peut-être dix ans que nous pensions à la Crimée, cette région qui a vu défiler toute l’histoire du monde : Rome et Byzance y sont très liées.  C’est un lieu emblématique historiquement, ce qui nous avait donné envie d’y créer un parc. Et l’opportunité se présente aujourd’hui. Des amis et partenaires russes, en particulier Konstantin Malofeev, que nous connaissons depuis plusieurs années, ont eu l’idée de faire un parc de loisirs en Crimée et ont fait appel à nous.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Rusina Shikhatova

Dernières nouvelles de la Russie

Le retour du grand roman russe

En 2015, le premier roman de Gouzel Iakhina, Zouleikha ouvre les yeux, s'imposait dans la littérature russe. Ce récit de la dékoulakisation est aujourd’hui traduit en 16 langues. Le Courrier de Russie a rencontré sa traductrice française, Maud Mabillard.

 

16 février 2018

Norilsk, une ville nickel

Visite guidée de Norilsk, considérée comme l'une des villes les plus froides et les plus polluées du monde.

 

21 novembre 2017

Tastin’France : des viticulteurs français à l’assaut du marché russe

Business France a organisé une série de dégustations de vins et spiritueux français en Russie et CEI baptisée Tastin’France.

 

6 novembre 2017