|  
41K Abonnés
  |   |  

L’art contemporain ? Asseyez-vous dessus !

Les artistes ne perdent pas l’espoir de changer la réputation de Moscou qui reste celle d’une ville grise et difficile à vivre. L’année dernière, la capitale russe a vu l’invasion de vaches multicolores en papier mâché. Cet été, Andreï et Maria Popov, jeune couple de peintres photographes, décident d’installer à Moscou des bancs qui donnent envie de s’y asseoir.

Leur appel a trouvé un large écho et le 29 juin cent cinquante artistes sont venus de toute la Russie aux abords de la galerie Trétiakov pour peindre cent cinquante et un bancs en bois. Le nombre n’a pas été choisi au hasard. Il s’agit d’honorer le principal musée moscovite qui célèbre cette année son 151e anniversaire. Chaque banc fait 2 mètres de long et tous ensemble forment une chaîne de 302 mètres capable d’accueillir 1 500 personnes.

« Pour un pays aussi sombre que la Russie, ce projet est très important », affirme Andreï Bartenev, enfant terrible de l’art contemporain russe, participant au projet. Sur son banc, il a peint « un chien blanc polaire qui a vu un ours blanc », en expliquant au passage que « sans ours polaires, le monde serait trop cruel ». D’autres artistes ne se limitent pas non plus dans l’expression de leurs idées les plus incroyables. Leurs bancs invitent à s’embrasser, à réviser l’alphabet ou à faire un petit jeu de cubes. On trouve un banc qui propose sa version de la fin du Petit prince, tout comme un autre qui fait réfléchir sur le « fardeau de la liberté ».

Pour les voir, il suffit de se rendre au Lavrouchenski pereoulok, où cinquante bancs sont exposés jusqu’au mois de septembre. Le reste est dispersé dans les rues voisines. À l’automne, le couple Popov a l’intention de vendre tous les bancs aux enchères. « Nous souhaitons reverser l’argent récolté à la création d’ateliers artistiques dans les orphelinats russes », expliquent les artistes.

Inna Doulkina

Dernières nouvelles de la Russie

Culture

Arythmie : à voir pendant la Semaine du cinéma russe à Paris

La Semaine du cinéma russe vient d’ouvrir à Paris. Si vous n’aviez qu’un film à voir, optez pour Arythmie de Boris Khlebnikov.

9 novembre 2017
Opinions

Que reste-t-il de 1917 ?

Le centenaire de la révolution, en Russie, est tout sauf une grande fête. Le temps des parades et des festivités collectives est révolu.

7 novembre 2017
Culture

« Notre mission est la promotion de la littérature russe à l’étranger »

Plus de 40 œuvres d'auteurs russes ont été publiées en français grâce à l’Institut de la traduction. Le directeur explique ce projet.

31 octobre 2017