Toute l'équipe du Courrier de Russie fait une pause pour les fêtes. Nous vous souhaitons un joyeux Noël et une bonne année 2021

Champion du monde de plov

Champion du monde de plov

Discrètement établi dans la rue du Prolétaire rouge, le restaurant géorgien Tchempion mérite pourtant d’être connu des amateurs de bonne chère en fin de mois. Non content de proposer une cuisine allant de correcte à excellente selon les plats choisis, cet établissement, dirigé par un Arménien depuis la fin des années 90, a le mérite rare de ne pas vous dévaliser après un bon repas.

Les soupes sont simples mais appréciables, les salades correctes pour une centaine de roubles, mais le chef de cuisine géorgien a fait surtout sa réputation sur les nombreux chachliks, dont celui à la viande de mouton fourré d’une farce aux noix et épices, toutes ces brochettes étant à moins de 200 roubles.

La carte propose aussi des koutaby, petites crêpes géorgiennes servies chaudes, fourrées aux choix au fromage, à la viande ou aux herbes, qui font une bonne petite entrée en matière, éventuellement accompagnées de vodka à un prix défiant toute concurrence (50 roubles pour deux petits verres). En dessert, un choix réduit mais goûteux de pâtisseries traditionnelles tout à fait honorables est proposé, dont les fameux baklawas, gâteaux à la pistache très sucrés, très parfumés, mais dont la petite taille vous empêche de les trouver écoeurants. Cependant, la mention spéciale revient au plov de la maison : dans une assiette généreusement garnie, on vous sert ce plat traditionnel d’Asie centrale, composé de riz fin, d’une viande toute fraîche (on entendrait presque le mouton bêler…), d’épices bien mariées et d’excellents fruits secs, tout cela pour un prix digne d’une stalovaya : 130 roubles. Un cadre simple et sans chichis, des serveurs rigolards et une carte abordable : ces éléments sont d’autant plus appréciables qu’ils sont rares à Moscou et achèveront de séduire les gourmands. La clientèle étant surtout composée d’habitués, il n’y a en général pas trop de monde dans ce petit restaurant de quartier, il n’est donc pas nécessaire de réserver à l’avance. Une bonne adresse, donc, un peu éloignée du centre mais où l’on peut régaler à peu de frais les appétits les plus féroces et les palais les plus exigeants. Cela vaut bien le déplacement.