La première rencontre entre les présidents Emmanuel Macron et Vladimir Poutine s’est tenue à Versailles le 29 mai dernier. Crédits : Kremlin.ru

Emmanuel Macron bénéficie d’une « grande marge de manœuvre »

Igor Delanoë, directeur adjoint de l’Observatoire franco-russe, évoque, pour BizMag, les perspectives de développement des relations franco-russes quelques semaines après la prise de fonction du président Emmanuel Macron. 

« Si François Fillon avait remporté l’élection, ses déclarations considérées en France comme prorusses et les affaires auxquelles il s’est retrouvé mêlé lors de la course à l’Élysée ne lui auraient pas permis d’opérer un rapprochement ouvert avec la Russie »

Lors de la campagne présidentielle française, la Russie a misé sur la droite : François Fillon était considéré comme un candidat prorusse, à l’instar de Marine Le Pen, que le président Vladimir Poutine a rencontrée au Kremlin peu de temps avant le scrutin. Peut-on qualifier la victoire d’Emmanuel Macron de défaite pour la Russie ?Emmanuel Macron est venu en Russie en janvier 2016 lorsqu’il était ministre de l’Économie. À cette occasion, il a fait une série de déclarations positives concernant la Russie, notamment sur la nécessité d’une levée ne serait-ce que partielle des sanctions. On peut donc dire qu’il est ouvert au dialogue et les autorités russes en ont bien pris note.Lors de la campagne électorale, Macron n’a fait aucune déclaration positive ou négative au sujet de la Russie, ce qui lui laisse une marge de manœuvre relativement grande.Certes, le Kremlin a d’abord misé sur le candidat des Républicains. Toutefois, si François Fillon avait remporté l’élection, ses déclarations considérées en France comme prorusses et les affaires auxquelles il s’est retrouvé mêlé lors de la course à l’Élysée ne lui auraient pas permis d’opérer un rapprochement ouvert avec la Russie.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Propos recueillis par Anastasia SedukhinaTraduit par Maïlis Destrée

Dernières nouvelles de la Russie

Sanctions, contre-sanctions :
jambon et fromage dans les bagages

Les autorités russes sont en train de durcir les mesures portant sur l’importation, par les particuliers, de produits laitiers et de viande. Ne seront plus acceptés les produits provenant de pays « à la situation vétérinaire et sanitaire critique ».

 

24 mai 2019

Nouvelle Russie,
nouvelle démographie

Selon une étude commandée par l’agence RIA Novosti, en 2018, la population russe est en baisse pour la première fois depuis dix ans, les flux migratoires ne parvenant pas à compenser la diminution de la natalité. Le pays compte aujourd’hui un peu plus de 146 millions d’habitants, soit environ 100 000 de moins qu’en 2017.

 

23 mai 2019

Oleg Viouguine : « Un rouble insensible à Trump et au cours du pétrole »

Depuis le début du printemps, le cours du rouble fait l’objet de nombreux commentaires et de prévisions contradictoires. L’ancien vice-président de la Banque centrale de Russie, Oleg Viouguine, se montre, quant à lui, plutôt optimiste.

 

22 mai 2019