Vladimir Sadovine, directeur général d'Azbuka Vkusa. Crédits : DR

« Si un jour je vois chez moi un sac d’un autre supermarché, je divorce »

La chaîne de supermarchés haut de gamme Azbuka Vkusa fête ses 20 ans cette année. En deux décennies, elle est devenue l’une des plus grandes de Moscou. BizMag a discuté avec son directeur général, Vladimir Sadovine, des étapes de développement et des clients de la chaîne mais aussi de ses préférences gastronomiques personnelles.
VLADIMIR SADOVINE Né le 22 avril 1969 Éducation : MGIMO, économiste international spécialisé dans le Japon (étudiant d’échange à l’International Christian University de Tokyo) Carrière : 1995-2001 : directeur marketing de la holding Russkiy produkt 2002-2004 : directeur marketing chez Azbuka Vkusa 2003 : invité à rejoindre le réseau fédéral de vente d’équipement numérique et mobile Dixis, où il a élaboré et introduit une politique de marketing 2004-aujourd’hui : directeur général d’Azbuka Vkusa 2008 : lauréat du prix « Chaînes de vente au détail » lors du concours international « Entrepreneur de l’année » organisé par E&Y Marié et père de deux filles Loisirs : tir, collectionner les peintures
Depuis combien d’années travaillez-vous chez Azbuka Vkusa ?Seize ans précisément. Je suis arrivé lors de l’ouverture du 5e magasin. Aujourd’hui, nous en avons plus de 120. Avant cela, je travaillais « de l’autre côté du mur » : pour les producteurs alimentaires nationaux. La vente au détail me semblait ennuyeuse, d’où mon refus initial lorsqu’on m’a proposé de travailler chez Azbuka. En définitive, étant donné que je n’avais aucune activité concrète à l’époque, j’ai accepté de passer un entretien. Au cours de la discussion, mon intérêt s’est éveillé et l’offre m’a plu. J’ai d’abord été engagé au poste de directeur marketing avant de devenir, un an plus tard, directeur général.Pour quelles qualités vous a-t-on, selon vous, recruté ?Je l’ignore. Pour mon insolence, peut-être.Quelles qualités avez-vous réussi à développer en 16 ans ?Pratiquement toutes celles qu’il m’était possible de développer : tu grandis avec l’entreprise et l’entreprise grandit avec toi. J’ai commencé avec quatre magasins et, aujourd’hui, notre chiffre d’affaires dépasse les 50 milliards de roubles.Faites-vous vous-même régulièrement vos courses chez Azbuka Vkusa ?Bien évidemment. Environ six fois par semaine. Il y a un Azbuka dans l’immeuble où je vis. J’exige que ma famille se fournisse uniquement chez Azbuka. Si je voyais chez moi un sac d’un autre supermarché, je demanderais le divorce.Menez-vous des « missions de reconnaissance » dans d’autres supermarchés ?Bien sûr. Nous regardons quels produits sont vendus ailleurs. Mais c’est un intérêt purement professionnel. Je vais même jusqu’à faire souffrir ma famille en vacances en l’emmenant dans des supermarchés.Vous inspirez-vous de l’expérience étrangère ?Lors de nos débuts, nous nous en inspirions pour tout. Nous allions épier et prendre des photos partout, pour ensuite tout essayer chez nous. Aujourd’hui, nous sommes tout à fait compétitifs sur ce marché. Et quand je me promène dans des supermarchés en Occident ou en Orient,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Propos recueillis par Anastasia Sedukhina

Dernières nouvelles de la Russie

Oleg Viouguine :
« Un rouble insensible à Trump
et au cours du pétrole »

Depuis le début du printemps, le cours du rouble fait l’objet de nombreux commentaires et de prévisions contradictoires. L’ancien vice-président de la Banque centrale de Russie, Oleg Viouguine, se montre, quant à lui, plutôt optimiste.

 

22 mai 2019

Sberbank + Rambler :
Un mariage de raison d’État

Une transaction majeure vient d’être officialisée sur le marché russe : Sberbank va racheter des parts de Rambler, l’un des principaux groupes de médias du pays. La banque publique prévoirait d’investir entre 124,5 et 152 millions d’euros dans le développement de son nouvel actif.

 

16 mai 2019

Les frères Boukhman, rois du jeu sur mobile

La Russie compte deux nouveaux milliardaires : les frères Igor et Dmitri Boukhman, respectivement trente-sept et trente-quatre ans. Les fondateurs de l’entreprise Playrix, un éditeur de jeux pour smartphones et tablettes, seraient chacun à la tête d’une fortune de 1,4 milliard de dollars, selon l’agence Bloomberg.

 

3 mai 2019