Bostik

Bostik : « En tant qu’importateurs, nous sommes en mesure de faire concurrence aux producteurs russes »

La société Bostik, troisième producteur mondial de colles, est présente en Russie depuis la fin des années 1990. Elle y importe ses produits et fait appel à des sous-traitants russes, mais n’a pas encore ouvert sa propre usine. Le BizMag du Courrier de Russie a discuté avec Roman Pouchkarev, directeur général du bureau russe, du développement de la compagnie en Russie et de ses projets pour l’avenir.Roman Pouchkarev. Crédits : Anastasia SedukhinaBizMag : Depuis combien de temps Bostik est-elle présente en Russie ?Roman Pouchkarev : Nos produits sont disponibles sur le marché russe depuis la fin des années 1990, mais l’ouverture de notre filiale, c’est-à-dire la création de la personne morale Bostik, en Russie date de 2008.BizMag : Durant toute cette période, vous n’avez fait qu’importer vos produits en Russie ?R.P. : Au tout début, c’étaient nos distributeurs russes qui importaient nos produits. Ensuite, nous avons commencé à les vendre nous-mêmes. Aujourd’hui,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Propos recueillis par Anastasia Sedukhina

Dernières nouvelles de la Russie

Affaire Baring Vostok :
« Le problème, c’est le manque d’indépendance de la justice »

Le 9 juillet dernier, le tribunal Basmanny de Moscou a prolongé de trois mois la détention provisoire du Français Philippe Delpal, arrêté en février pour escroquerie dans l’affaire Baring Vostok. La décision inquiète le défenseur des droits des entrepreneurs Alexandre Khouroudji.

 

7 août 2019

Ménages russes :
Un endettement bienvenu

L’endettement des Russes va croissant depuis deux ans. En 2018, quelque 15 millions de personnes, soit un emprunteur sur trois, avaient au moins trois crédits en cours de remboursement, soit 12 % de plus que l’année précédente. Le ministre de l’Économie, Maxime Orechkine, tire la sonnette d’alarme.

 

1 août 2019

Protectionnisme :
Les amateurs de vin passent à la caisse

Le 17 juillet, la Douma d’État (la chambre basse du parlement russe) a adopté en première lecture une proposition de loi augmentant la taxation du vin à partir de janvier 2020. La taxe passera de 18 à 31 roubles (de 0,25 à 0,44 euro) par litre de vin tranquille, et de 36 à 40 roubles (de 0,51 à 0,57 euro) par litre de vin pétillant.

 

30 juillet 2019