Bostik

Bostik : « En tant qu’importateurs, nous sommes en mesure de faire concurrence aux producteurs russes »

La société Bostik, troisième producteur mondial de colles, est présente en Russie depuis la fin des années 1990. Elle y importe ses produits et fait appel à des sous-traitants russes, mais n’a pas encore ouvert sa propre usine. Le BizMag du Courrier de Russie a discuté avec Roman Pouchkarev, directeur général du bureau russe, du développement de la compagnie en Russie et de ses projets pour l’avenir.Roman Pouchkarev. Crédits : Anastasia SedukhinaBizMag : Depuis combien de temps Bostik est-elle présente en Russie ?Roman Pouchkarev : Nos produits sont disponibles sur le marché russe depuis la fin des années 1990, mais l’ouverture de notre filiale, c’est-à-dire la création de la personne morale Bostik, en Russie date de 2008.BizMag : Durant toute cette période, vous n’avez fait qu’importer vos produits en Russie ?R.P. : Au tout début, c’étaient nos distributeurs russes qui importaient nos produits. Ensuite, nous avons commencé à les vendre nous-mêmes. Aujourd’hui,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Propos recueillis par Anastasia Sedukhina

Dernières nouvelles de la Russie

Sberbank + Rambler :
Un mariage de raison d’État

Une transaction majeure vient d’être officialisée sur le marché russe : Sberbank va racheter des parts de Rambler, l’un des principaux groupes de médias du pays. La banque publique prévoirait d’investir entre 124,5 et 152 millions d’euros dans le développement de son nouvel actif.

 

16 mai 2019

Les frères Boukhman, rois du jeu sur mobile

La Russie compte deux nouveaux milliardaires : les frères Igor et Dmitri Boukhman, respectivement trente-sept et trente-quatre ans. Les fondateurs de l’entreprise Playrix, un éditeur de jeux pour smartphones et tablettes, seraient chacun à la tête d’une fortune de 1,4 milliard de dollars, selon l’agence Bloomberg.

 

3 mai 2019

Nikolaï Storonski,
le trader qui veut supprimer les banques

Dans quelques années, les banques, les commerces et les services de réservation (taxis, hôtels, etc.) auront presque tous été remplacés par des applications mobiles, si l’on en croit Nikolaï Storonski.

 

19 avril 2019