fbpx

La cuisine française met les bouchées doubles à Moscou

Malgré le boum que connaît depuis quelques années le secteur de la restauration, la capitale russe ne peut, pour l’heure, se targuer de proposer une abondance de restaurants français. Toutes les conditions sont cependant réunies pour que la situation change. Le BizMag du Courrier de Russie a discuté avec cinq propriétaires de restaurants français à Moscou de leur entrée sur le marché russe, des difficultés auxquelles ils ont été confrontés lors du développement de leur entreprise et de leurs projets pour l’avenir.

Changement de priorités

Cette dernière décennie, Moscou a expérimenté toutes sortes de cuisines : après l’invasion des cafés italiens et japonais, la capitale russe a vu apparaître des restaurants exotiques, géorgiens, végétariens, des bars à burgers mais aussi des restaurants proposant de la cuisine originaire de différentes régions russes.

Jusqu’à récemment, la présence de la France s’y limitait à quelques établissements de haute gastronomie, dont seuls les Russes aisés pouvaient se permettre de franchir le seuil. Néanmoins, il y a deux ans, la situation a commencé à changer : des Français ont ouvert plusieurs restaurants à la cuisine simple et de plus en plus prisés par les Moscovites. Il s’agit principalement de bistrots, ces petits cafés confortables proposant des plats traditionnels à des prix modérés et dont l’objectif principal est de briser le stéréotype qui veut que la cuisine française soit chère et snob.

C’est précisément ce à quoi aspire Bouhessi Khounchef, copropriétaire des cafés Chez Maman et Chez Papa arrivé en Russie il y a dix ans. Avant de lancer sa propre affaire, il travaillait comme chef cuisinier chez Jean-Jacques, probablement la première chaîne de cafés français bon marché à Moscou. À la différence de Chez Maman et Chez Papa, les propriétaires étaient russes et la mission principale de Bouhessi était de contrôler la cuisine de tous les restaurants de la chaîne. Outre sa coopération avec le café Jean-Jacques, le Français a également été consultant pour des restaurants français à travers toute la Russie – d’Omsk à Krasnodar.

Après avoir accumulé suffisamment d’expérience, Bouhessi Khounchef a pris la décision d’ouvrir dans la rue Bolchaïa Nikitskaïa, en plein cœur de Moscou, le café Chez Maman avec son associée russe Natalia Loukina, ancienne patronne des cafés Jean-Jacques. Ouvert depuis à peine plus de deux ans, Chez Maman a atteint son seuil de rentabilité. À en croire son propriétaire, le secret de son succès réside dans la simplicité de la cuisine et les prix relativement peu élevés. Le restaurant de cuisine méditerranéenne Chez Papa, installé juste en face de son homologue féminin par Bouhessi mi- 2016, ne rencontre pas encore le même succès. « Le concept de l’établissement reste peut-être encore difficilement compréhensible pour les consommateurs russes. Nous devons le définir et l’expliquer plus clairement », commente le restaurateur.

Par ailleurs, Bouhessi Khounchef ne voit pas de menace dans la concurrence des autres établissements français. En effet, pour qu’un restaurant soit considéré comme français, […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

LCDR

Dernières nouvelles de la Russie

International

Interpol, théâtre de la crise russo-occidentale

Réunie à Dubaï le 21 novembre, la 87e Assemblée générale d’Interpol a élu le Sud-Coréen Kim Jong-yang à la présidence de l’organisation, au détriment du candidat russe Alexandre Prokoptchouk. Habituellement peu médiatisé, l’événement avait, cette fois, des airs de guerre diplomatique. La police mondiale n’avait plus de patron depuis la « démission » forcée de son président Meng Hongwei, accusé de corruption en Chine, et mystérieusement disparu, début octobre, au cours d’un voyage dans son pays. Son mandat devait s’achever en 2020. Deux candidats briguaient sa succession : le Sud-Coréen Kim Jong-yang, qui assure l’intérim depuis la disparition de Meng Hongwei, et Alexandre Prokoptchouk, haut fonctionnaire russe, vice-président de l’organisation, officiellement soutenu par Moscou. Pressions diplomatiques de Kiev et Washington Pour les États-Unis et l’Ukraine, et bien que le poste en jeu soit essentiellement représentatif, la perspective de se retrouver avec un Russe à la tête de l’organisation policière internationale relevait du cauchemar. Le lundi 19 novembre, à deux jours de l’élection du nouveau président, le ministre ukrainien de l’Intérieur, Arsen Avakov, dénonçait une candidature « absurde et contraire à l’esprit et aux buts d’Interpol. » Kiev menaçait même de quitter l’organisation si ses arguments n’étaient pas entendus. Alexandre Prokoptchouk n’est pourtant pas un étranger en Ukraine : il y est né au début des années 1960. […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

26 novembre 2018
International

Vladimir Poutine : Sergueï Skripal est un « salaud » et un « traître à la patrie »

Le président russe Vladimir Poutine a commenté le traitement médiatique de l’affaire Skripal, en marge de la Semaine énergétique russe. Niant l’implication de Moscou dans l’empoisonnement de l’ex-agent double à Salisbury, le président russe a qualifié Sergueï Skripal de « salaud » et de « traître à la patrie ». Si ce n’est pas la première fois que Vladimir Poutine s’exprime sur l’affaire, il n’avait jamais évoqué l’ex-agent double directement. […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

3 octobre 2018
Société

Disparition de Charles Aznavour :
les réactions en Russie

Le célèbre chanteur français d'origine arménienne Charles Aznavour est décédé dans la nuit du dimanche au lundi, suscitant l'émotion aussi bien en France qu'en Russie. Réactions de la presse et de personnalités russes.

Crédits Image : TASS2 octobre 2018

Vous êtes actuellement hors ligne