fbpx

J’ai évoqué, dans ma chronique sur les diminutifs russes, la lecture épineuse des romans russes par un étranger, pour lequel les noms des (très nombreux) personnages se confondent souvent. Cette difficulté ne se limite pas à la littérature, mais s’étend à la vie réelle : force est de constater que les sonorités inhabituelles à notre oreille des noms russes ne nous aident pas à mémoriser facilement le nom des grands personnages de l’histoire.

Lire l'article

Nous fêtons avec cet article le premier anniversaire de la chronique Café Kreml : un an d’anecdotes et d’observations sur la Russie d’hier et d’aujourd’hui, sa langue, ses habitudes, et pourtant… Pourtant, même si vous les avez toutes lues (et je vous en remercie), ce n’est pas suffisant pour se fondre dans la masse une fois sur place.

Lire l'article

Dans ma dernière chronique, j’ai évoqué cet accessoire russe indémodable qu’est le platok, autrement dit le foulard que les femmes se nouent avec grâce autour de la tête pour se préserver des frimas. Quoique ne maîtrisant pas moi-même cet art slave ‒ je ressemble plutôt à E.T. déguisé en chien lorsque je m’y essaie ‒ j’en ai compris l’intérêt : protéger du froid mais aussi (et surtout) protéger votre brushing de l’écrasement certain qu’il subirait sous une chapka.

Lire l'article

Vous êtes actuellement hors ligne