Dans ma dernière chronique, j’ai évoqué cet accessoire russe indémodable qu’est le platok, autrement dit le foulard que les femmes se nouent avec grâce autour de la tête pour se préserver des frimas. Quoique ne maîtrisant pas moi-même cet art slave ‒ je ressemble plutôt à E.T. déguisé en chien lorsque je m’y essaie ‒ j’en ai compris l’intérêt : protéger du froid mais aussi (et surtout) protéger votre brushing de l’écrasement certain qu’il subirait sous une chapka.

Lire l'article

L’hiver est, esthétiquement, une saison très intéressante à vivre en Russie ; on voit fleurir dans les rues les tenues chaudes qui ont fait l’étonnement et l’admiration des étrangers durant des siècles, et il est étonnant de voir que la plupart des Russes s’habillent avec des marques occidentales… mais à la russe.

Lire l'article

Comme tout étranger arrivant en Russie, j’ai vécu avec certains autochtones plus d’un moment gênant dû à ma connaissance imparfaite de leur culture. Un des premiers Russes avec lesquels j’ai parlé était un garçon du nom de Nikolaï. « Ah, Nikolaï… Kolia ! », me suis-je exclamée, désireuse de lui montrer l’étendue de mon savoir

Lire l'article

Je me demande si les chauffeurs de taxi et de bus ont conscience d’être, pour les étrangers, presque des emblèmes nationaux, étant souvent les premiers sujets d’observation du touriste curieux.La première fois que je tentai de prendre un bus en Russie, je tombai sur un chauffeur tout à fait énigmatique.

Lire l'article

Au hasard de pérégrinations sur internet, je suis tombée récemment sur une (énième) vidéo russe étrange. Plus précisément, on y montrait un extrait d’un ballet soviétique, intitulé La danse des spoutniks. On y voyait trois jeunes femmes déguisées en sondes spatiales effectuer des entrechats, tandis qu’un danseur en costume russe traditionnel tourbillonnait derrière elles en les tenant à l’aide d’un grand ruban à la manière d’un cocher sa troïka.

Lire l'article