fbpx

Emmanuel Grynszpan

Dans Grouz 200, Alexeï Balabanov règle son compte au mythe d’une URSS tranquille en 1984 où « c’était mieux », « l’ordre régnait » et où « les gens étaient plus gentils qu’aujourd’hui ».

Lire l'article

Vous êtes actuellement hors ligne