Jean-Luc Pipon, l’un des fondateurs du journal, nous a quittés

Le Courrier de Russie est en deuil

Quand le téléphone a sonné, ce fut d’abord le choc. Pourquoi lui ? Il y eut un espoir, avant qu’il disparaisse brutalement, comme le compagnon de route qui vient de nous quitter. Montaigne, qui avait le culte de l’amitié, définissait ses Essais comme « un registre commenté de morts diverses ». L’histoire de notre journal est une chaîne d’amis et aujourd’hui ils se relaient pour partager leur peine et rendre hommage à Jean-Luc Pipon, mort dans la matinée du mardi 23 janvier, entouré des siens à Paris. Jean-Luc aimait Sainte-Beuve, il en avait l’érudition, la saveur des mots, le goût de l’histoire et des lumières religieuses. Cet avocat infatigable savait faire l’éloge de la vertu à toutes heures du jour ou de la nuit. […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Philippe Pelé-Clamour, Emmanuel Quidet

Vous êtes actuellement hors ligne