Trois moyens étonnants de servir sa patrie

Les événements politiques récents, parmi lesquels, dans le monde slave, la réforme de la constitution russe ou encore l’élection présidentielle en Biélorussie, accompagnés de polémiques et de manifestations parfois houleuses, n’ont pas de quoi rassurer. Il reste fort heureusement, çà et là, des candidats auxquels tout le monde est prêt à accorder sa confiance, sans douter un instant de leur fidélité, de leur dévouement et de leur sincérité.

C’est le cas à Rostov-sur-le-Don, où un candidat pour le moins exceptionnel a commencé sa campagne en vue des élections au conseil municipal : Pixel, un terrier de Boston, dont les affiches électorales commencent à être collées un peu partout dans la ville. Celles-ci arborent une photo du candidat, ainsi que son slogan : « Pixel Douraleïevitch Zapekankine, le premier candidat des chiennes et des chiens ».

Ce n’est pas tout : Pixel a également son site internet de campagne, pixeldog.ru, sur lequel on peut afficher son soutien de différentes manières, à commencer par une invitation à voter « DA » sous la phrase « Je soutiens Pixel » (cette option étant d’ailleurs la seule proposée, ce qui lui vaut un score total de 100 % de soutiens). Vous pouvez également y découvrir son programme en quinze points, parmi lesquels on trouve quelques propositions étonnantes comme priver de leurs droits civiques et électoraux tous les habitants ne possédant pas de chien, ou « interdire le chat roux qui traîne rue de Toula ».

N’hésitez donc pas à faire le choix d’un candidat acteur de la vie locale, qui arpente chaque jour les rues de Rostov-sur-le-Don, « contrairement », précise son maître, « à beaucoup de candidats qui ne viennent ici que pour les campagnes électorales ».

Si vous n’êtes pas de la région, vous auriez pu faire acte de civisme ailleurs, et d’une manière bien différente, à l’occasion des festivités du 9 mai de Tcheliabinsk : les habitants ont pu déguster des kebabs à moins d’un euro dans une chaîne de restauration, qui les proposait à 75 roubles « en l’honneur des 75 ans de la victoire ».

Hélas, cet acte patriotique n’a pas reçu l’assentiment de tous, et la semaine prochaine, une commission statuera officiellement pour déterminer si la firme, comme elle en est accusée, a fait un usage inapproprié de la mémoire de la Seconde Guerre mondiale en proposant ce tarif. Ses pelmeni à -45 % sont eux aussi dans le collimateur du conseil d’experts… Triste fin pour le kebab de la victoire.

Il n’est, de toute façon, pas rare que les projets les plus enthousiasmants connaissent une issue négative. Dans un genre différent, une jeune fille de dix-huit ans en a fait les frais à Apatity (une ville située non loin de Mourmansk) : coincée dans ses menottes en fourrure tout juste rapportées d’un sex-shop, et ne parvenant pas à trouver la clé, elle a fait appel à la police pour que l’on vienne la délivrer. Serviteurs inconditionnels de tous les habitants, les policiers sont venus et ont fait ce constat qui peut toujours servir : les clés des menottes de police ouvrent également celles des sex-shops.

L’engagement politique a tous les visages : n’hésitez pas à acheter un T-shirt sur le site de Pixel pour, à votre tour, apporter votre pierre à l’édifice de la démocratie participative.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *