Comment adoucir les mœurs

À l’heure où l’on observe tant de déchirements dans le monde, l’on se demande parfois s’il reste sur terre une seule chose qui fasse encore consensus. Pour passer un certain temps sur des forums en ligne, je peux vous assurer qu’il n’est pas aisé de trouver laquelle ; j’ai par exemple récemment assisté à une très violente altercation virtuelle au sujet de la « vraie recette » de la carbonara – et il s’agit là d’un débat qui a régulièrement cours, avec, d’ailleurs, insultes à la clé.

C’est donc avec bonheur que j’ai lu dans la presse locale russe de cette semaine une annonce tranquillement joyeuse, autour d’un thème fédérateur – et pourtant, il s’agissait de l’érection d’une statue, sujet ô combien délicat ces dernières semaines, où l’on en a vu plus d’une tomber tirée par une corde. La région de Perm, pour sa part, a choisi l’unité citoyenne autour d’une gloire nationale, en inaugurant triomphalement un monument à la gloire des… pelmeni.

La « statue », si je puis dire, gît à même le sol, sans socle, et représente tout simplement un gros exemplaire du ravioli national, arrivant à peu près à hauteur de genou. Il a été installé dans l’allée Koudym-Ocha de Koudymkar, où s’alignent déjà des monuments dédiés aux figures mythiques de la région. J’aime à penser que l’on peut raffoler suffisamment des pelmeni pour leur donner une place dans l’allée d’honneur des gloires locales.

Malheureusement, ce ravioli, aussi délicieux soit-il, ne peut pas régler les tensions existant dans tous les milieux, notamment dans celui de l’entreprise : c’est pourquoi certains directeurs des RH et autres managers optent pour des méthodes encore moins conventionnelles. Une enquête du service rabota.ru a ainsi révélé que près d’un recruteur sur deux, avant de choisir un candidat, prenait en compte son… signe astrologique.

Les trois quarts des sondés, par ailleurs, disaient ne pas vraiment le prendre en compte, mais seulement « s’y intéresser » : une formulation quelque peu obscure qui, à mon sens, laisse place au doute. D’ailleurs, plus de la moitié des hommes d’affaires interrogés « juge utile » que le signe astrologique du candidat soit indiqué sur le CV, et si leur compagnie compte plus de cent personnes, la proportion de ceux qui estiment sa mention « indispensable » atteint… 100%. C’est vrai, quoi, vous n’allez quand même pas mettre un Bélier avec un Capricorne à la compta, ou alors c’est que vraiment vous cherchez les problèmes !

J’achèverai mon relevé d’informations insolites de la semaine par l’histoire étonnante d’une habitante de Tcheliabinsk qui, très précisément, semble rechercher les problèmes. Vous vous souvenez sans doute de cette femme originaire d’Omsk de la semaine dernière, qui, refusant de porter un masque, s’était enfilé sa culotte sur la tête lorsqu’on l’avait rappelée aux gestes barrières. Notre héroïne de cette semaine est, si j’ose dire, encore plus culottée.

Convoquée au tribunal (rien que ça !) pour avoir violé l’obligation de port du masque, elle s’y est tranquillement rendue… sans masque, ce qui, évidemment, lui a valu une seconde amende. Reste à savoir qui l’emportera dans ce bras de fer, car voilà un conflit qui, visiblement, ne se résoudra pas autour d’une assiette de pelmeni

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *