Petits scandales estivaux

Depuis quelques années, l’été n’est plus la morte saison qui faisait transpirer d’angoisse les éditorialistes en quête d’informations à se mettre sous la dent. Avec l’avènement des réseaux sociaux, rois de la diffusion, on parvient finalement à trouver un grand nombre de petites choses permettant de remplir les pages estivales entre deux grilles de mots croisés. Bien évidemment, si lesdits sujets sont moins difficiles à trouver, ils n’en restent pas moins à la fois aussi insignifiants mais savoureux que leurs prédécesseurs des années maigres. Je vous propose donc un petit tour d’horizon exotique de ce que l’on a pu trouver cette semaine…

La presse a été quelque peu agitée au niveau national par une annonce fracassante de Rospotrebnadzor, le service fédéral dédié aux droits du consommateur et à la surveillance des normes. Celui-ci a en effet fait part de son intention d’interdire les avoskas, ces filets à provisions très prisés des Russes depuis l’URSS, et qui tirent leur nom de l’expression « Avos’ ! », signifiant tout à la fois « peut-être » et « espérons » : à l’époque, lorsque l’on partait faire les courses, on ne savait jamais vraiment avec quoi on reviendrait… Les bidons de lait sont également concernés par l’interdiction, pour la même raison que les avoskas : réutilisables à l’infini, ils ne répondent pas aux normes d’hygiène et devraient être remplacés par des… sacs en plastique à usage unique, à contre-courant des politiques environnementales de l’ensemble du monde. Cette déclaration a été prise par nombre de Russes comme une volonté de détruire l’héritage culturel, et la plupart des personnes interviewées dans le reportage que j’ai vu mettent en avant que leurs grand-mères ne se séparaient pas de leurs avoskas. Cet argument ne semble cependant pas faire mouche auprès de Rospotrebnadzor.

Outre cette information qui concerne le pays entier, les autres nouvelles de la semaine nous transportent à nouveau en des endroits lointains, pour des brèves de presse plutôt insolites. À Magnitogorsk, un homme fait ainsi la une des journaux pour avoir patiemment recouvert sa voiture de pâtes déshydratées Dochirak, une marque bas de gamme que connaissent bien tous ceux qui ont eu à effectuer de longs voyages en train en Russie. Je ne résiste pas à l’idée de partager avec vous cet ô combien inutile chef-d’œuvre de patience :

Ural’skiy meridian

Ailleurs en Russie, tout est du même acabit :

Dans le Kouzbass, un quartier est agité à retardement par la découverte d’une tombe dans une aire de jeux pour enfants, située à trois mètres de tourniquets et autres installations, au grand agacement des pouvoirs publics qui ont rappelé que la tombe se trouvait là depuis 1933.

La ville de Magadan est secouée toute entière par un scandale : des anonymes ont installé des picots anti-pigeons sur la statue de Lénine, mais sans l’aval des autorités, qui les ont donc retirés aussitôt. Depuis, il y a débat : vaut-il mieux un Lénine ridiculisé par une forêt de petites pointes en fer, ou couvert de fientes ? À suivre.

Dans la République des Komis, l’initiative « Budget populaire », permettant à différents villages ou acteurs privés de monter un petit dossier en vue d’obtenir une dotation pour un projet local, a acquis une notoriété dépassant les frontières locales lorsque des internautes ont découvert qu’un entrepreneur à la tête d’une ferme avait perçu une subvention pour… acheter un corbillard à deux millions de roubles, son village n’en possédant pas.

Les informations estivales sont rarement déterminantes dans le cours de l’Histoire ; cependant, elles possèdent la qualité non négligeable de nous faire voyager tout en nous divertissant… voire de nous donner des idées : et si, cet été, vous décoriez votre voiture ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *