En juillet, fais ce qu’il te plaît

Les internautes s’ennuient-ils en vacances ? Affirmatif, à en juger par la demande qui leur a récemment été faite par Dmitri Peskov, le porte-parole de Vladimir Poutine, d’arrêter de produire vidéos et articles sur… la manière dont le président traitait son stylo en réunion. Depuis un mois, YouTube engrange en effet des centaines de milliers de vues sur des courts-métrages du type : « Poutine jette son stylo sur la table : que se passe-t-il au Kremlin ? Décryptage ». La difficulté de s’aérer l’esprit ces derniers mois, associée à celle de partir en vacances en 2020, pousse les usagers d’internet dans leurs derniers retranchements pour pimenter leur quotidien.

Ils ne sont cependant pas les seuls à chercher comment tromper l’ennui, et certains y vont fort lorsqu’ils quittent leur écran. Vous avez toujours profité de vos séjours à la campagne pour faire des herbiers et photographier des papillons ? Il est temps de passer au niveau supérieur. À Neftekamsk, un homme d’affaires a ainsi trouvé un moyen insolite de s’amuser le week-end : voler à très basse altitude au-dessus des champs dans son hélicoptère, afin de… faire peur aux vaches. Une vidéo choc le montre en train de poursuivre des troupeaux affolés, sur fond de musique épique. Les locaux, agacés par l’impunité totale dont il semble faire preuve depuis un certain temps en raison de ses liens de parenté avec le maire (dont il est le père), l’arrosent copieusement d’insultes dans les commentaires des articles consacrés à son aventure.

Parallèlement à ces manières peu orthodoxes de tuer le temps, il reste heureusement en Russie de vrais actes d’héroïsme : un postier yakoute a ainsi connu son heure de gloire il y a quelques jours, et reçu le titre « d’homme de l’année », décerné par la Poste russe, pour un exploit peu commun. Il faut dire que celui-ci, qui date de l’an dernier, en vaut la peine : notre homme a bravement parcouru, seul, pas moins de trois cent cinquante kilomètres à travers la taïga, la boue et les rivières gelées, armé d’un revolver pour prévenir d’éventuelles attaques d’ours, afin de livrer leur courrier aux habitants de villages reculés de Russie. Pas sûr que Chronopost en ferait autant.

Les héros de mes deux précédents paragraphes mériteraient, à mon sens, un prix du fait divers de la semaine. Je vais donc compléter le podium avec un troisième concurrent ‒ une équipe de deux personnes ‒, avant de vous laisser le choix de votre candidat préféré. Nous sommes, cette fois, à Kostroma ; deux hommes ont braqué un magasin, dont ils sont revenus avec 15 000 roubles en poche (soit le modique trésor de 185 euros). Pas idiots, sachant qu’ils ont été filmés, ils décident de brûler leurs vêtements afin de faire entièrement disparaître les preuves. La technique a marché au-delà de leurs espérances : avais-je bien précisé qu’ils avaient leur petit butin en poche ? La preuve ultime, qui était la totalité du larcin, est donc, elle aussi, littéralement partie en fumée dans cet éclair de génie.

Je vous laisse choisir votre héros préféré de la semaine : de mon côté, n’ayant pas d’hélicoptère à disposition, je retourne à mon herbier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *