Chroniques déconfinées

Le déconfinement a commencé il y a seulement quelques jours, et déjà, des sauveteurs ont dû plonger dans les eaux glacées d’une rivière en Iakoutie pour porter secours à trois jeunes dérivant, loin de la berge, sur une plaque de glace où ils s’étaient installés pour prendre des selfies. D’une certaine manière, ils étaient sûrs de respecter la fameuse distanciation sociale avec leur entourage, mais ils en ont été quittes pour un bon rhume.

Tout le monde n’ayant pas les moyens de partir pour une promenade sur une plaque de glace, deux Russes possédant un petit avion ont surpris les internautes en traçant des messages dans le ciel. Le premier, visiblement, était un peu désemparé de voir tout le monde confiné ; pris d’angoisse, il a tracé le message suivant : « Где все ? », c’est-à-dire : « Où sont-ils tous passés ? ».

Si celui-ci se sentait seul, le second avait des préoccupations différentes. Habitant en Floride, ou en tout cas confiné là-bas, et excédé par la négligence de ses voisins, il a survolé les environs de la côte en laissant derrière lui le message suivant : « Мой руки », c’est-à-dire… « Lave-toi les mains » : et hop ! C’est quand même plus rapide que d’aller mettre des tracts dans les boîtes aux lettres.

De manière générale, le déconfinement se révèle plein de surprises ; on a vu en France la nature reprendre ses droits, des cerfs déambuler dans les rues désertées d’une banlieue parisienne, des canards envahir les boulevards parisiens, des oiseaux faire leur nid contre les rétroviseurs d’une voiture, repliés depuis trop longtemps. En Russie, quand la nature fait son grand retour, on peut dire qu’elle le fait à une autre échelle, comme le prouvent deux vidéos publiées sur internet. Sur la première, on voit deux amis en train de kayaker aux abords de l’île de Sakhaline, et se faire approcher de très près par… des orques, ces mammifères marins noirs et blancs mesurant près de huit mètres de long. Si les animaux se sont ici montrés très pacifiques et curieux, un autre ressortissant russe a eu moins de chance dans une autre région. Alors qu’il marchait tranquillement sur un parking en plein Iaroslavl, il s’est fait attaquer par rien de moins qu’un… ours ! Un automobiliste témoin de la scène a eu la présence d’esprit d’allumer ses phares et de lancer un bon coup de klaxon dans les oreilles de l’animal, qui s’est enfui sans demander son reste.

Malgré ces premières sorties et cette renaissance de la nature, le virus reste aussi présent dans les statistiques quotidiennes que dans les esprits, et une agence de pompes funèbres de Smolensk a payé au prix fort une campagne marketing quelque peu déplacée. Elle proposait en effet une réduction de 20 % sur les pierres tombales avec le code promotionnel « CORONA » – un choix jugé scandaleux par la population locale.

Cette campagne me semble prophétique : tacitement, tous s’accordent sur le fait que, pour l’instant, il est encore trop tôt pour faire du marketing autour du coronavirus. Mais la digue commence visiblement à craquer… J’espère donc que vous êtes prêts, après six mois d’informations angoissantes sur le sujet, à six mois supplémentaires de publicités fun et décalées sur l’épidémie !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *