9 mai en Russie : florilèges des commémorations ratées et réussies

Le moins que l’on puisse dire est que peu de choses se passent comme prévu cette année, et les célébrations du 9 mai en Russie n’ont pas dérogé à la règle. Je ne reviendrai pas sur les processions annuelles commémorant le Régiment immortel qui se sont, cette fois, déroulées en ligne, et auxquelles Le Courrier de Russie a déjà consacré un article. En revanche, d’autres commémorations locales valent le coup d’œil…

Certains ont commencé la fête plus tôt que prévu. C’est notamment le cas à Saint-Pétersbourg, où la police est toujours à la recherche de la femme qui, jeudi, a étouffé la flamme éternelle commémorant les morts de la Seconde Guerre mondiale en tombant dessus car elle avait trop bu. Nous étions à l’avant-veille du jour J.

 La veille du jour J, une écolière d’Ekaterinbourg, âgée de onze ans, a défrayé la chronique en restant debout, pieds nus, sur… des clous. Impressionnée par le courage de ceux qui s’étaient battus durant la guerre, Carolina Tchernykh a voulu « accomplir quelque chose de courageux » et imaginé cette étonnante manière de leur rendre hommage ; elle s’est même costumée en officier de l’Armée rouge pour l’occasion. Les chants patriotiques l’ont aidée à tenir une heure et dix-sept minutes.

Photo : ural.kp

Un peu plus tôt dans la semaine, d’autres villes ont attiré l’attention par différentes initiatives, et si la plupart ont suscité l’admiration, il est arrivé une fâcheuse mésaventure au service marketing d’un centre commercial de Tcheliabinsk. Celui-ci avait, depuis plus d’une semaine, lancé un projet intitulé Imena gueroïev (« Les noms des héros »). Les internautes étaient invités à envoyer une photo d’un aïeul tombé au champ d’honneur, accompagnée d’un court texte relatant ses exploits durant la guerre. Si le service chargé de recevoir et de mettre en forme les messages ne doutait pas de la bonne foi des participants, ceux-ci ne se sont pas tous montrés très honnêtes : l’un d’eux a envoyé une photo d’Hitler imberbe, et en l’absence de son emblématique moustache, personne ne l’a reconnu au service marketing. Le centre commercial a donc fièrement posté sur les réseaux sociaux l’affiche suivante, rendant hommage à un certain Victor Vladimirovitch Soumine qui serait mort durant l’opération Vistule-Oder, accompagnée de la légende « Que la ville n’oublie pas ses héros ! » :

Photo : lenta.ru

Des internautes se sont empressés de réagir ; le post a été retiré rapidement, et le directeur du centre commercial a présenté ses excuses ; le service marketing a fait de même, tout en soulignant qu’il ne vérifiait pas les envois, n’imaginant pas que, « sur ce thème sacré, quelqu’un pourrait vouloir plaisanter ».

Sur clous ou sur internet, les hommages se sont caractérisés, cette année, par la créativité. Vous vous demandez donc sûrement s’il y en a eu sous l’eau ou dans les airs : la réponse est oui, et oui. À Orel, des sauveteurs ont créé toute une mise en scène, plus tard diffusée sur la chaîne Rossia 1, dans laquelle on les voit sortir de l’Oka en tenue de plongée, tenant des portraits de soldats morts au champ d’honneur. L’idée était de rendre hommage au « régiment immortel sur terre, dans le ciel et sous l’eau ». Voyez plutôt :

Photo : euroradio.fm

Mais le ciel, alors ? Comme vous le savez, le mot d’ordre, en ces temps troublés, est de rester chez soi. À Novossibirsk, des volontaires ont donc trouvé un moyen original d’aller rendre hommage aux vétérans à domicile, tout en respectant les mesures de distanciation sociale : il suffisait de… se déplacer en grue.

Photos : Twitter / @varlamov

Le confinement risquant de se prolonger, je croise les doigts en attendant de voir ce que nous réserve notre propre fête nationale…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *