Revue de presse de la semaine : beaucoup de chats et de cadavres

Il arrive qu’un fait divers russe, comme j’en lis avec vous chaque semaine, franchisse les frontières et ait un retentissement international. Ce fut le cas la semaine dernière, il y en eut même un certain nombre ; vous avez sûrement entendu parler de la sordide décapitation d’une étudiante par son professeur d’histoire, qui projetait ensuite de se suicider à la forteresse Pierre-et-Paul, costumé en Napoléon. Ou, dans un registre plus sympathique, de la facture de téléphone de scientifiques ayant équipé des oiseaux migrateurs de dispositifs envoyant leurs coordonnées GPS par SMS, lorsque ceux-ci ont décidé, contre toute attente, d’aller faire un petit tour en Iran. Ou encore, de la découverte d’un général de Napoléon, dont les ossements reposaient sous la piste de danse d’un petit kiosque, ce qui a amusé les internautes russes : « Ah, ces Français, incorrigibles ! », ai-je ainsi pu lire en commentaire.

Mais penchons-nous sur les nouvelles qui ne sont pas parvenues jusqu’en France. La presse s’est un peu agitée autour d’Omsk, qui a pris de petits airs de village Potemkine dans ses préparatifs en vue de la venue prochaine de Vladimir Poutine. Alors qu’il y fait actuellement moins dix degrés, on y a vu apparaître de grandes étendues verdoyantes : les internautes ont accusé la mairie d’avoir peint de la terre en vert ; celle-ci conteste la supercherie, et affirme qu’il s’agit d’un « gazon à ensemencement hydraulique ». Voici la photo postée par la page Avariïny Omsk :

La ville n’est pas au bout de ses peines : toujours en vue de la visite présidentielle, les rues ont été lavées à grande eau. L’eau, du fait des températures, s’est changée en verglas, et provoque à présent de dangereux problèmes de circulation.

Nous avons évoqué Halloween la semaine dernière, mais je n’avais pas encore eu entre les mains cette nouvelle croustillante : un habitant de Tioumen a terrorisé le quartier en se promenant en ville avec son « déguisement », porté non par lui mais par sa voiture :

Photo : https://vk.com/ombudsmenttttttttttt

Arrêté par la police, il a dû prouver qu’il s’agissait d’un jean rembourré, et qu’aucun cadavre n’était impliqué dans cette réalisation macabre et créative.

Puisque nous sommes dans le thème des arrestations par la police, on a enfin mis la main, au Tatarstan, sur le dealer de la colonie pénitentiaire : il s’agissait d’un chat, qui allait et venait avec du haschisch dans son collier. Confié à un refuge, il devrait bientôt être adopté.

Ce n’est pas le seul chat à avoir fait parler de lui cette semaine : un internaute russe a ému la toile avec son félin de dix kilos, Victor, recalé à l’enregistrement des bagages de leur avion en raison de son poids trop important. Son propriétaire, qui refusait catégoriquement de le faire voyager en soute, a alors reporté son vol au lendemain et diffusé illico une petite annonce en ligne : « Cherche chat de petite taille ressemblant au mien, urgent ». Ayant trouvé une « doublure » version poids plume de son énorme matou, il a réussi le jour suivant à substituer un chat à l’autre à la pesée des bagages, puis à embarquer avec Victor en cabine :

Photo : Mikhaïl Galine, propriétaire du chat, via Facebook

Si l’histoire a fait le tour d’internet, elle a aussi valu au jeune homme de se faire renvoyer du programme de fidélité d’Aeroflot et supprimer ses 400 000 miles. Je vous laisse malgré tout sur ces heureuses retrouvailles domestiques : à la semaine prochaine pour plus de brèves de presse 100 % russes… !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *