Les Russes pessimistes pour leur sélection

A moins de dix jours du début de leur Coupe du monde (14 juin-15 juillet), les supporters russes se montrent fatalistes. Pour une grande majorité d’entre eux, il n’y a aucune chance de voir la « Sbornaïa » remporter la compétition. Et ce n’est pas le match nul obtenu dans la difficulté contre la Turquie (1-1), hier soir, à la VEB Arena (Moscou), qui a pu les rassurer.

« Ils sont tous nuls ! Avec cette équipe et un entraîneur [Stanislav Tchertchessov, ndlr] aussi incompétents, on n’a aucune chance de se qualifier pour les huitièmes de finale de la Coupe du monde. On va se faire éliminer lamentablement ! » Le constat est cinglant. Il est signé Oleg, un jeune papa de 34 ans, venu assister au match Russie-Turquie à Moscou avec son fils de 6 ans, Anton. Pourtant, il résume parfaitement l’opinion générale des Russes à plus d’une semaine du match d’ouverture de la Coupe du monde.

Fyodor Smolov et Stanislav Tchertchessov. Crédits : Twitter - @TeamRussia
Fyodor Smolov et Stanislav Tchertchessov. Crédits : Twitter – @TeamRussia

Ils sont très peu à voir leur sélection nationale, la « Sbornaïa », sortir d’un groupe où il faudra batailler face à l’Uruguay et l’Égypte, en plus de l’Arabie saoudite. « Nous avons notre meilleur joueur blessé, Alexandre Kokorine (Zénith Saint-Pétersbourg), et Tchertchessov fait des choix incompréhensibles : il a rappelé le défenseur de 38 ans Sergueï Ignachevitch tellement nous avons peu de jeunes talents », enchaîne Sergueï, 49 ans, un passionné qui n’a pas raté un match de l’équipe nationale depuis neuf ans.

Un match nul pauvre en occasions

Hier soir, à la VEB Arena de Moscou, ils étaient près de 30 000 spectateurs à être venus encourager leur équipe nationale pour le dernier match de préparation avant le coup d’envoi de la Coupe du monde jeudi prochain (Russie – Arabie saoudite, 18h GMT +2). C’est peu dire que les organisateurs avaient tout fait pour remplir le stade : les places coûtaient 800 roubles (11 euros) pour les plus chères et de nombreux écoliers avaient été invités pour l’occasion. Pas de chance pour eux : la piètre qualité du jeu proposé par l’équipe du sélectionneur Stanislav Tchertchessov ne permettait pas vraiment de s’enflammer.

Sur les rares incursions des attaquants russes, quelques faibles « Rossiya, Rossiya ! » descendaient des tribunes malgré un vent glacial.

Les supporters russes à la VEB Arena. Crédits : Konstantin Manenkov - LCDR
Les supporters russes à la VEB Arena. Crédits : Konstantin Manenkov – LCDR

La Russie n’a plus gagné un match depuis octobre 2017

La Russie n’a plus gagné un match depuis octobre dernier, alors que se profile dans une semaine le début de SA Coupe du monde. « C’est n’importe quoi ! Les joueurs et le sélectionneur avaient promis que, ce soir, l’équipe allait mieux jouer que contre l’Autriche (défaite 1-0 mercredi dernier), regardez le résultat. On court à la catastrophe ! », enrage Ivan, jeune étudiant en économie de 21 ans.

Venu avec son ami Artiom, il est convaincu que son équipe ne réalisera pas une performance à la hauteur des attentes du public. « Se qualifier pour les huitièmes de finale, ce serait déjà une belle réussite », estime-t-il. L’objectif sera de faire mieux qu’en 2014. Au Brésil, la Russie avait terminé 3e de son groupe et ne s’était pas qualifiée pour la phase finale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *