« Diplomatie tactile »: La visite d’Emmanuel Macron aux États‑Unis vue de Russie

La visite officielle du président français aux États-Unis a suscité de nombreux commentaires dans les médias russes. Au-delà des photos et vidéos mettant en scène la « relation très spéciale » des deux chefs d’État, certains politologues soulignent le rôle de « messager » que pourrait jouer Emmanuel Macron entre Donald Trump et Vladimir Poutine.

La première chaîne de télévision russe a abordé cette visite sur un ton sarcastique, regrettant le général de Gaulle et son « indépendance » face aux grandes puissances de l’époque : « Les prédécesseurs de Monsieur Macron – de Gaulle, Mitterrand et même Chirac – croyaient à la grandeur de la France, à son indépendance. […] C’est la raison pour laquelle ils l’ont dotée d’armes nucléaires et refusaient de participer au commandement intégré de l’OTAN, s’opposant ainsi au diktat des États-Unis. Ils se comportaient de telle façon que l’on aurait pu croire qu’ils gouvernaient la seule superpuissance mondiale. Ils étaient, comme disait l’un des prédécesseurs d’Emmanuel Macron, mariés à la France. Maintenant, comme vous pouvez le voir, les temps ont changé. Monsieur Macron envisage la grandeur de la France d’une autre manière… », commentent les journalistes de l’émission politique Vremia, en présentant des images qui montrent les présidents Trump et Macron en train de s’étreindre, lors d’une de leurs rencontres à Washington.

Emmanuel Macron et Donald Trump lors du dîner d'État organisé à la Maison blanche, le 25 avril. Crédits : White House - Flickr
Emmanuel Macron et Donald Trump lors du dîner d’État organisé à la Maison blanche, le 25 avril. Crédits : White House – Flickr

Des médias américains obnubilés par la bromance entre Trump et Macron

La première chaîne russe, proche du pouvoir, s’attaque également au manque de professionnalisme des médias américains, obnubilés par la « bromance » entre MM. Macron et Trump : « Lors d’une visite d’État, notamment dans un contexte politique international tendu, la presse attend les déclarations des dirigeants. La visite du président français à Washington aura été une exception. Les câlins et les bisous échangés entre les deux hommes ont constitué les seules informations [fournies par les médias]. »

Au-delà des embrassades, la chaîne de télévision TV Centre, évoque l’importance symbolique de la rencontre : Emmanuel Macron est le premier dirigeant étranger auquel le président américain accorde une visite d’État, devançant ainsi l’ami traditionnel des États-Unis, le Royaume-Uni.

Emmanuel Macron est le premier dirigeant étranger auquel Donald Trump a accordé une visite d'État. Crédits : White House - Flickr
Emmanuel Macron est le premier dirigeant étranger auquel Donald Trump a accordé une visite d’État. Crédits : White House – Flickr

« Malgré tout le charme de Macron, toute sa diplomatie, tous ses efforts pour convaincre Donald Trump, le Français n’a pas réussi… »

Kommersant rappelle les objectifs de cette rencontre franco-américaine, organisée à la veille du sommet des pays du G7 : elle devait permettre aux dirigeants occidentaux, selon le quotidien économique, d’adopter « une position commune sur les crises majeures du moment : l’Iran, la Corée du Nord, la Syrie, l’Ukraine et, bien entendu, les relations avec la Russie ». Cependant, « en dépit de la démonstration ostentatoire d’une chimie personnelle entre les deux dirigeants, […] la recherche de compromis a été difficile », souligne le journal. Maxime Ioussine, journaliste au département de politique étrangère de Kommersant va plus loin : « La chose la plus alarmante réside dans l’absence totale de concessions faites par Donald Trump. Au contraire, il a forcé M. Macron à s’accorder partiellement avec la position américaine sur l’Iran, ce qui inquiète tout le monde. […] Malgré tout son charme, toute sa diplomatie, tous ses efforts pour convaincre Donald Trump, le Français n’a pas réussi… »

Les présidents français et américain Emmanuel Macron et Donald Trump. Crédits : White House - Flickr
Les présidents français et américain Emmanuel Macron et Donald Trump. Crédits : White House – Flickr

« Il est très probable que M. Macron serve d’intermédiaire lors de sa prochaine visite en Russie »

À l’inverse, le politologue Gevorg Mirzaïan, de RIA Novosti, insiste sur les qualités de « charmeur » d’Emmanuel Macron, qui « a réussi à trouver une approche personnelle face à son arrogant homologue ». M. Mirzaïan estime que pour « améliorer la position de la France, M. Macron pourrait prendre part au dialogue russo-américain. Benyamin Netanyahou (qui a de très bonnes relations avec M. Poutine) tient ce rôle au Proche-Orient. Mais en Europe, le poste est vacant. […] Il est très probable que M. Macron joue les intermédiaires lors de sa prochaine visite en Russie, à l’occasion du Forum économique de Saint-Pétersbourg », conclut le politologue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *