Sanctions américaines : quand l’Allemagne s’en mêle

Les autorités allemandes souhaiteraient que l’administration Trump vienne en aide aux entreprises allemandes susceptibles d’être affectées par les nouvelles sanctions américaines à l’encontre de la Russie, indique le Wall Street Journal, cité par Expert.

« De grandes entreprises allemandes feraient pression sur le gouvernement de Mme Merkel, afin qu’elle demande aux États-Unis d’assouplir leur position [envers la Russie] ou de prendre des mesures afin que les entreprises allemandes, dont beaucoup sont très actives en Russie, ne soient pas affectées par la détérioration des relations entre Washington et Moscou », affirme le quotidien américain. En effet, des groupes comme Siemens, Daimler ou Volkswagen, bien implantés en Russie, sont liés par des contrats avec des entreprises et des hommes d’affaires directement visés par les sanctions du 6 avril dernier. Selon certaines estimations publiées par des entrepreneurs, ces récentes restrictions américaines contre la Russie pourraient coûter « des centaines de millions d’euros » à l’industrie allemande.

La chancelière allemande Angela Merkel dans le bureau ovale du président américain Donald Trump, le 17 mars 2017. Crédits : bundeskanzlerin.de
La chancelière allemande Angela Merkel dans le bureau ovale du président américain Donald Trump, le 17 mars 2017. Crédits : bundeskanzlerin.de

Des sources proches du gouvernement allemand affirment que le vice-chancelier et ministre fédéral des Finances allemand, Olaf Scholz, aurait déjà abordé le sujet lors de sa visite à Washington cette semaine, et que la chancelière en aurait d’ores et déjà parlé à Donald Trump. Une visite d’Angela Merkel à Washington est prévue pour le 27 avril prochain.

En 2017, les échanges de marchandises entre l’Allemagne et Russie se sont élevés à 54,5 milliards d’euros, soit 11 milliards d’euros de plus que l’année précédente. Parmi les grands projets germano-russes, le gazoduc Nord Stream 2 est directement visé par Washington. « Comme beaucoup le savent, nous sommes opposés au projet Nord Stream 2, l’administration américaine s’y oppose », a déclaré la porte-parole de la diplomatie américaine Heather Nauert, le 20 mars dernier.

Pour mémoire, dimanche dernier, l’ambassadrice des États-Unis aux Nations unies, Nikki Hayley, annonçait l’adoption d’un nouveau paquet de sanctions à l’encontre de la Russie, suite à l’attaque présumée chimique de Douma, en Syrie. Cependant, M. Trump a finalement décidé de les repousser.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *