Une Francophonie dépoussiérée

Mardi 20 mars était célébrée, dans plus de 70 pays, la Journée internationale de la Francophonie. L’occasion pour l’ambassadeur de France en Russie, Sylvie Bermann, pour son homologue de Madagascar et doyen de la francophonie, Eloi Maxime Dovo, et pour l’ambassadeur d’Arménie, Vartan Toghanyan, de faire le bilan de la francophonie en Russie ainsi que de rappeler l’importance de la langue française dans le monde.

Organisées par 28 Ambassades de pays ayant le français en partage, les « Journées de la francophonie » (20.03 – 06.04.2018) sont devenues un moment incontournable de la vie culturelle en Russie. Crédits : Institut français de Russie
Organisées par 28 Ambassades de pays ayant le français en partage, les « Journées de la francophonie » (20.03 – 06.04.2018) sont devenues un moment incontournable de la vie culturelle en Russie. Crédits : Institut français de Russie

« Je souhaite porter le message d’une Francophonie dépoussiérée », a indiqué l’ambassadeur de France lors de la cérémonie d’ouverture des journées de la Francophonie en Russie qui s’est déroulée dans les locaux de la Bibliothèque des langues étrangères, à Moscou. « La Francophonie n’est pas, comme on l’imagine souvent, une vielle dame restée à l’écart de la modernité, une langue de lettrés et de boudoir », a tenu à rappeler Sylvie Bermann après avoir énuméré les réussites de la langue française : 274 millions de locuteurs et, selon les prévisions, 700 millions d’ici 2050, 2e langue d’information internationale dans les médias, 3e langue des affaires et 4e langue de l’internet.

Si le discours du président français sur la « promotion de la langue française et du plurilinguisme », prononcé le même jour à l’Académie française, soulignait la centralité du continent africain dans le développement de la langue française, les ambassadeurs ont insisté sur la place qu’elle occupe en Russie. « La Russie était jadis étroitement liée à la langue française dans la mesure où la cour impériale s’exprimait essentiellement dans la langue de Molière », a ainsi rappelé l’ambassadeur de Madagascar, avant d’ajouter : « et de nos jours encore, on ne peut ignorer la sympathie et l’intérêt toujours croissant des Russes pour cette langue et la fierté de ceux qui la parlent ».

Ambassadeur de Madagascar et doyen de la francophonie, Eloi Maxime Dovo. Crédits : Institut Français de Russie - Facebook
Ambassadeur de Madagascar et doyen de la francophonie, Eloi Maxime Dovo. Crédits : Institut Français de Russie – Facebook

« Le français conserve son aura culturelle mais recule face aux langues dites d’affaires »

Le rapport de l’Organisation internationale de la Francophonie, publié en 2014, indique qu’au niveau secondaire, 485 000 élèves apprennent le français en Russie, ce qui en fait la troisième langue étrangère apprise dans le pays, derrière l’anglais et l’allemand. Et s’il indique que « le français conserve son aura culturelle mais recule face aux langues dites d’affaires », Mme Berman a réaffirmé que le français est « une langue d’entreprise, qui sert à trouver du travail ».

Avec ses deux Instituts français et ses treize Alliances françaises, la Francophonie jouit d’un statut privilégié en Russie. En outre, comme l’a rappelé l’ambassadeur de France, 2018 est l’année franco-russe des langues et des littératures, lancée par l’actrice Fanny Ardent à Moscou en janvier dernier, et dont le premier événement fut la participation de la Russie, en tant qu’invitée d’honneur, au Salon du livre de Paris.

Embed from Getty Images
Fanny Ardent à la première de son film, Le Divan de Staline, à Moscou.

L’Arménie, dont un tiers de la diaspora vit dans des pays francophones, organisera le Sommet de la Francophonie en octobre 2018 dans sa capitale, Erevan. « Le plus grand événement qu’organise l’Arménie depuis son accès à l’indépendance, il y a 25 ans », a indiqué Vartan Toghanyan, avant d’informer que divers événements se dérouleraient en marge de ce sommet, notamment un forum économique des pays francophones.

La promotion de la langue française passe également par la société civile

Comme le souhaitaient les présidents français et russe à travers la mise en place du dialogue du Trianon, la promotion de la langue française passe également par la société civile. Ainsi était organisé, jeudi soir, à L’Institut d’État des relations internationales de Moscou (MGIMO), le Prix Vassily Trediakovsky, du nom du poète et polyglotte russe. Il est souvent présenté comme le « héraut de la culture française » dans la Russie du XVIIIe siècle, culture qui n’a cessé, depuis, d’influencer la langue et la littérature du pays.

Finale du premier concours d’éloquence en langue française de l’Institut d’État des relations internationales. Crédits : ‎Daria Obukhova - Facebook
Finale du premier concours d’éloquence en langue française de l’Institut d’État des relations internationales. Crédits : ‎Daria Obukhova – Facebook
Organisées par 28 ambassades, les Journées de la Francophonie se déroulent du 20 mars au 6 avril 2018. Rencontres littéraires, festival de cinéma francophone, soirée africaine le 4 avril et de nombreux autres événements sont prévus pendant ces deux semaines. Vous pouvez retrouver le programme complet des Journées de la Francophonie 2018 en Russie sur le site de l’Institut français.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *