Arnaud Dubien : « Avec 76 % des voix, Poutine reçoit un mandat incontestable »

Réélu ce dimanche 18 mars, Vladimir Poutine entame un nouveau mandat présidentiel de six ans. Les résultats officiels du scrutin seront annoncés dans dix jours par la Commission électorale centrale. Mais l’essentiel est déjà connu : en recueillant 76,6 % des votes, Vladimir Poutine a battu un record personnel.
En 2012, 63,3 % des électeurs lui avaient donné leur voix (71,2 % en 2004). Ses principaux adversaires sont loin derrière: Pavel Groudinine 11,8 %, Vladimir Jirinovski 5,66 %, Ksenia Sobtchak 1,67 %.

Le taux de participation – 67,47 % (soit 73,36 millions d’électeurs) – est également impressionnant quand on se rappelle qu’il était de 65,34 % en 2012. Même à Moscou, où traditionnellement l’opposition réalise ses meilleurs scores, ils sont près de 60 % à s’être rendus aux urnes. La majorité des Moscovites ont ainsi ignoré les appels de l’opposant politique Alexeï Navalny à boycotter le scrutin.

Arnaud Dubien, directeur de l’Observatoire franco-russe, commente, pour le Courrier de Russie, les résultats de la présidentielle.

Arnaud Dubien. Crédits : DR
Arnaud Dubien. Crédits : DR

Le Courrier de Russie : Vladimir Poutine a t-il atteint ses objectifs dans cette élection ?

Arnaud Dubien : Dans l’ensemble, oui. Sa victoire est nette, et le taux de participation est légèrement plus important qu’à la présidentielle de 2012. Le chef de l’État russe a donc reçu un mandat incontestable de la part de ses concitoyens. Les irrégularités constatées dans certains bureaux de vote et les pressions – bien réelles – exercées sur certains agents de la fonction publique, pour regrettables qu’elles soient, ne modifient pas la donne. Que cela plaise ou non, Vladimir Poutine va incarner la Russie pour les années à venir. Aujourd’hui, la principale interrogation porte sur les priorités de son quatrième mandat. Doit-on s’attendre à une inflexion par rapport à un troisième mandat, marqué par les crispations internes et la confrontation avec l’Occident ? On ne saurait l’exclure, surtout sur le plan intérieur.

Vladimir Poutine remplissant ses obligations de citoyen. Crédits : Kremlin.ru
Vladimir Poutine remplissant ses obligations de citoyen. Crédits : Kremlin.ru

Ksenia Sobtchak cherche des alliés pour constituer un nouveau parti d’opposition

LCDR : Doit-on considérer que l’opposition est tenue en échec ?

A.D. : Seul le candidat du parti communiste, Pavel Groudinine, a réalisé un score honorable (un peu moins de 12 % des suffrages exprimés). Vladimir Jirinovski – qui, au demeurant, ne peut être véritablement qualifié d’opposant – risque de terminer sa carrière politique sur un résultat piteux (environ 6 %). Sans surprise, les deux candidats de l’opposition dite « hors système », Grigori Iavlinski et Ksenia Sobtchak, réalisent à eux deux moins de 3 % des voix. Plus important, il apparaît que les divisions entre les leaders de l’opposition extra-parlementaire s’exacerbent déjà : Alexeï Navalny a eu des propos d’une rare violence hier lors d’un débat avec Ksenia Sobtchak. Sans doute parce que cette dernière a bien l’intention de poursuivre sa carrière politique et a récemment annoncé un rapprochement avec Dmitri Goudkov en vue de la constitution d’un « Parti des changements ».

Ksenia Sobtchak lors de la soirée électorale, dimanche 18 mars. Crédits : Pervy Kanal
Ksenia Sobtchak lors de la soirée électorale, dimanche 18 mars. Crédits : Pervy Kanal

Vladimir Poutine veut que la Russie comble son retard technologique

LCDR : Est-ce que les résultats laissent présager une recomposition politique dans le pays ou une redistribution des cartes ?

A.D. : L’impression qui prévaut après la brève allocution de Vladimir Poutine hier soir – mais aussi à l’étude attentive de la première partie de l’adresse annuelle devant le parlement, le 1er mars – est qu’il y aura du sang neuf dans les équipes gouvernementales dans les prochaines semaines. L’accent est mis sur la nécessité d’une « percée », le retard technologique étant présenté comme la principale menace pour le pays. Je m’attends donc à une impulsion réformatrice d’inspiration libérale sur le plan économique ; ce qui ne veut pas nécessairement dire une détente avec les Occidentaux – en tout cas pas avec les États-Unis et la Grande-Bretagne.

Vladimir Poutine lors de sa conférence de presse de victoire. Crédits : Kremlin.ru
Vladimir Poutine lors de sa conférence de presse de victoire. Crédits : Kremlin.ru

Des forces puissantes sont à l’œuvre pour convaincre Emmanuel Macron d’annuler sa visite en Russie, prévue au mois de mai

LCDR : L’affaire de Salisbury et les nouveaux trains de sanctions en cours d’élaboration dans les pays occidentaux ont-ils eu un impact sur le scrutin?

A.D. : Il est possible que cette affaire – qui fait l’objet dans les médias de Russie d’un traitement assez différent de celui observé en Occident – ait ajouté à un sentiment de ras-le-bol chez certains Russes, qui ont par ailleurs vécu comme une injustice le traitement réservé à leur pays lors des récents JO d’hiver. D’une façon générale, et on l’a bien vu depuis 2014 avec l’adoption de plusieurs vagues de sanctions, tout ce qui est vu, à tort ou à raison, comme une forme de pression sur la Russie a pour effet de resserrer les rangs autour du chef de l’État.

Dans un autre registre, la décision du président français de ne pas visiter le stand de la Russie au salon du livre de Paris a été vu par les écrivains et les éditeurs russes présents, comme une forme de grossièreté, en décalage avec l’esprit du Dialogue de Trianon. Aujourd’hui, des forces puissantes sont à l’œuvre pour convaincre le chef de l’État français d’annuler son déplacement au Forum économique international de Saint-Pétersbourg. Une telle décision porterait un coup sérieux à une relation bilatérale profondément dégradée à l’issue de la présidence de François Hollande et qui commence seulement à panser ses plaies.

Emmanuel Macron visitant le Salon du livre de Paris. Crédits : Salon du livre de Paris
Emmanuel Macron visitant le Salon du livre de Paris. Crédits : Salon du livre de Paris

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *