Journée d’hommages aux victimes des répressions politiques à Moscou

Le 30 octobre, la Russie commémore la Journée nationale en mémoire des victimes des répressions politiques soviétiques. L’occasion notamment pour les habitants de la capitale de rendre hommage à leurs proches disparus lors des répressions staliniennes.

Au sud de Moscou, des centaines de Moscovites sont venus rendre hommage aux victimes des répressions staliniennes au mémorial de Boutovo.

Les Russes se recueillent au mémorial de Boutovo. Crédits : Manon Masset - LCDR
Les Russes se recueillent au mémorial de Boutovo. Crédits : Manon Masset – LCDR

Inauguré le 27 septembre dernier, le mémorial de Boutovo est le plus grand monument de Russie en hommage aux victimes des répressions sous Staline. Le Polygone de Boutovo était l’un des grands charniers des répressions staliniennes : 20 762 personnes y ont été fusillées entre le 8 août 1937 et le 19 octobre 1938.

Les participants à l’action « Le retour des noms », organisée par Memorial, y sont venus lire les noms des personnes fusillées lors des Grandes Purges. Parmi les victimes figuraient un grand nombre de prêtres orthodoxes, dont beaucoup furent ensuite canonisés comme « néo-martyrs ».

Portraits des victimes des répressions politiques au mémorial de Boutovo. Crédits : Manon Masset - LCDR
Portraits des victimes des répressions politiques au mémorial de Boutovo. Crédits : Manon Masset – LCDR

En fin de journée, le président russe Vladimir Poutine a pour sa part inauguré le monument aux victimes des répressions politiques, le mur du deuil.

L’imposant monument se trouve sur l’avenue Sakharov, en plein centre de Moscou. Dans son discours, le président russe a déclaré qu’il ne fallait ni oublier les répressions, ni les justifier par « quelconques bienfaits pour la nation ». Le maire de Moscou, Sergueï Sobianine, et le patriarche Kirill étaient également présents. Le projet d’installation de ce monument remonte à 2014 et a été validé en septembre 2015 par le président russe. Il a été réalisé par le sculpteur Gueorgui Franguoulian.

Le président russe Vladimir Poutine dépose des fleurs sur le mur du deuil qu'il a inauguré. Crédits : Kremlin
Le président russe Vladimir Poutine dépose des fleurs sur le mur du deuil qu’il a inauguré. Crédits : Kremlin

En 1974, plusieurs anciens prisonniers politiques des camps de Mordovie et de Perm ont déclaré la date du 30 octobre « Journée en mémoire des prisonniers politiques de l’URSS ». Elle a seulement été reconnue par le Conseil suprême de Russie et inscrite au calendrier officiel le 18 octobre 1991.

Pour mémoire, la « Grande Terreur » désigne la période des grandes purges ordonnées par Joseph Staline en URSS entre 1937 et 1938. En à peine plus d’un an, des centaines de milliers d’opposants ont été arrêtés, torturés, déportés et exécutes. Selon l’ONG Memorial, entre 11 et 39 millions de personnes ont été victimes des répressions politiques durant l’ère soviétique.